Search results: Found 7

Listing 1 - 7 of 7
Sort by
Province-Paris. Topographie littéraire du xixe siècle

Authors: ---
ISBN: 9791024010960 DOI: 10.4000/books.purh.11265 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rouen et du Havre
Subject: Languages and Literatures
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:49
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Entre province et capitale, la littérature du xixe siècle se plaît à multiplier les trajets. Chacun de ces deux espaces prend forme et sens par différence avec l'autre, dans un rapport tant de complémentarité que d'opposition. Depuis les "scènes" de La Comédie Humaine, l'imaginaire littéraire se construit sur cette ambivalence des lieux et des discours, par un renvoi en miroir des clichés positifs et négatifs : le paradis provincial où l'on meurt d'ennui ; l'enfer parisien indispensable aux grandes destinées. Ce volume rassemble vingt-cinq communications, pour la plupart présentées lors du colloque qui s'est tenu à Rouen les 19 et 20 mars 1999.

Keywords

littérature --- capitale --- écrivain --- province

Les villes capitales au Moyen Âge : XXXVIe Congrès de la SHMES (Istanbul, 1er-6 juin 2005)

Author:
ISBN: 9791035101893 DOI: 10.4000/books.psorbonne.33343 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:42
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ubi papa, ibi Roma : Rome peut bien n'être pas dans Rome puisque Rome est là où réside le pape. Cet adage du xiiie siècle exprime avec force le rapport d'identification entre la ville et le souverain, définissant la capitale par sa fonction de commandement politique. Mais elle s'applique à une capitale étrange au Moyen Âge, qui se rêvait caput mundi mais peinait à s'affirmer comme capitale régionale. Qu'est-ce donc qu'une ville capitale au Moyen Âge ? Au-delà des fausses évidences de la continuité millénaire de la centralisation parisienne et, dans une moindre mesure, londonienne, la question est bien plus complexe qu'il n'y paraît. Certes, le modèle romain de la capitale d'empire a pu se prolonger sous des formes diverses, avec Constantinople, Bagdad ou Le Caire. Mais lorsque les Carolingiens rétablissent l'empire en 800, ils ne retrouvent pas pour autant ce modèle de la capitale d'empire. Si l'on considère l'ensemble des expériences institutionnelles et territoriales de l'Occident médiéval, c'est bien la dispersion des fonctions capitales qui constitue la règle et leur concentration l'exception. En se tenant à Istanbul, à l'invitation de l'Institut français d'études anatoliennes, le xxxvie Congrès de la Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public trouvait un cadre monumental et historique parfaitement adéquat à son objet d'étude, à mi-chemin entre plusieurs expériences politiques que les différentes contributions ici rassemblées entendent confronter, en longue durée. Car faire l'histoire des villes capitales revient à poser la question de la diversité des modèles d'émergence de l'État : les rapports entre le palais et la ville, mais aussi les phénomènes de déplacement du centre de gravité des constructions territoriales, d'abandon ou de reprise de capitales, dessinent plusieurs configurations de pouvoir. Essentielle est, de ce point de vue, la question des marqueurs symboliques : une ville réussit à convaincre qu'elle capitalise différentes fonctions de commandement par des images et des rituels, des mots et des murs, la mobilisation d'une mémoire et la monumentalisation de leurs lieux. Elle peut continuer à jouer longtemps du prestige d'une capitalité évanouie. En saisissant l'impact à la fois matériel et idéel de la centralisation administrative dans la société urbaine, les différentes contributions de ce volume tentent donc de donner tout son sens à cette expression faussement anodine de « ville capitale » au Moyen Âge.

Capitales rêvées, capitales abandonnées

Author:
ISBN: 9782753533820 9782753552760 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Added to DOAB on : 2017-03-23 12:05:08
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si le statut de capitale est parfaitement révocable, chaque transfert est pourtant vécu par les habitants de la ville qui perd le titre, comme par ceux qui vont le conquérir, comme un évènement majeur, suscitant rêves et sentiments d’abandon. Si la ville est l’espace de prédilection du politique qui peut s’y déployer mieux qu’en aucun autre lieu et s’y mettre en scène, que dire de ces rapports lorsque le pouvoir se projette dans une ville qui n’existe pas (dont on ne sait même pas si elle est...

Rome, ville technique (1870-1925) : Une modernisation conflictuelle de l’espace urbain

Author:
ISBN: 9782728310074 DOI: 10.4000/books.efr.1489 Language: French
Publisher: Publications de l’École française de Rome
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

De l´histoire de Rome au XIXe siècle, on ne retient souvent que la prise de la ville en 1870 par les troupes italiennes et la construction controversée du Vittoriano, en hommage au roi Victor-Emmanuel II. L´objet de ce livre est d´étudier sous un angle différent la manière avec laquelle la ville a été intégrée, politiquement et dans sa forme de capitale, au royaume d´Italie. Au lieu de se concentrer sur l´affrontement des symboles du monde national et de la sphère catholique, la démarche ici est tournée vers l´étude de chantiers de travaux publics et d´aménagement urbain souvent moins exposés à la dimension symbolique, mais dont l´étude est révélatrice des mécanismes à l´œuvre entre municipalité, État et monde catholique. Dans un contexte où la municipalité romaine a été tour à tour lieu de confluence entre noblesse locale et intérêt national puis laboratoire de la gauche garibaldienne et enfin bastion de la droite conservatrice catholique, des projets tels que la canalisation du cours du Tibre ou l´extension de la ville en direction des quartiers adjacents au Vatican ont été l´objet de vifs débats entre les années 1870 et la fin du siècle. Au tournant du XXe siècle, c´est l´extension de la ville hors de ses murs antiques qui suscite rivalités et convoitises, par l´étude desquelles on voit combien la dimension technicienne a été à Rome soumise pendant de longues décennies à un biais politique et institutionnel. Égouts bouchés à dessein, projets bloqués, mauvaise foi technique contre mauvaise foi politique, rien n´est épargné à la ville à cette époque. Mais c´est également sur le terrain de ces conflits que se sont construites les modalités d´un rapprochement entre camps antagonistes et que c´est édifiée une véritable culture civique citadine nouvelle, en rupture avec l´ancien régime romain et reflet tant des convergences de fait entre Monarchie savoyarde et noblesse catholique pour le camp conservateur qu´à gauche des tournants pris par les héritiers de Garibaldi. C´est sur cette base qu´entre 1922 et 1925 les fascistes assoient leur emprise sur la ville, en liant discours nationaliste post-garibaldien sur le développement de la capitale et négociation avec la noblesse propriétaire héritière de l´Ancien Régime pour la réalisation de leur programme.

Keywords

modernisation --- urbanisme --- capitale --- Tibre --- Rome

Les capitales de la Renaissance

Author:
ISBN: 9782753567993 DOI: 10.4000/books.pur.108801 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La Renaissance a rêvé de la cité idéale, a bâti de nouvelles villes et en a refaçonné beaucoup à partir d'une réflexion politique et artistique revivifiée par l'exemple de l'Antiquité et la relecture des Anciens. Mais l'époque fut aussi marquée par une analyse de la grande ville et de la capitale, produite par des chorographes, par des penseurs comme Botero, l'un des théoriciens de la raison d'État ou par des commissions établies par le pouvoir politique. En effet, certaines capitales furent alors fondées ou déplacées par lui, en fonction des évolutions géopolitiques ou de l'affirmation de l'État moderne. L'analyse fonctionnaliste des réseaux urbains, qui définit la capitale par l'accumulation de populations attirées par la concentration des fonctions politiques, administratives, économiques, culturelles en un lieu ne rend que très imparfaitement compte de ce qu'est une capitale à la Renaissance. Une approche nominaliste montre leur inégale répartition sur l'espace européen et parfois la fragilité de leur établissement. La réputation héritée de l'histoire, la présence de rituels politiques, la résidence du prince, le lieu de réunion d'assemblées, la possession de telle ou telle institution politique, judiciaire, religieuse ou intellectuelle sont autant de critères pouvant illustrer la métropolité, mais qui ne sont pas systématiquement réunis en un même lieu. Cet ouvrage montre que s'il existe des capitales, il est difficile de dresser l'idéal-type d'une capitale de la Renaissance car les configurations politiques sont diverses dans une Europe qui compte des monarchies, des empires, des républiques urbaines ou cités-états, des monarchies composites… Aussi, loin d'une analyse exclusivement fonctionnaliste, sont retenues des capitales de la Renaissance qui ne le sont plus forcément aujourd'hui, invitant ainsi le lecteur à échapper à une histoire des capitales qui ne soit que le récit téléologique de celles qui le demeurent encore.

De Nova Lisboa à Brasília

Author:
ISBN: 9782907163880 9782371540262 Year: Language: French
Publisher: Éditions de l’IHEAL
Added to DOAB on : 2017-04-05 12:32:23
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

À quoi sert une ville quand elle n'existe pas ? Ou pas encore ? Quand elle n'a pas épousé un espace, délimité son territoire, accueilli une communauté, engendré une société qui pourra en retour bousculer ses formes ? À quoi correspond cet impérieux besoin social de projeter ou de fonder, même sur le papier ou en parole, des villes ? L'histoire urbaine ne s'est pas encore vraiment penchée sur ces questions. L'ambition d'une nouvelle capitale pour le Brésil - ce que l'on appelle l'invention de...

Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge

Authors: --- ---
ISBN: 9782728310203 DOI: 10.4000/books.efr.1787 Language: French
Publisher: Publications de l’École française de Rome
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Justicia est anima civitatis : les vingt-deux contributions rassemblées ici tentent de rendre aux villes une composante fondamentale de leur identité, l’exercice de la justice, tel qu’elles le revendiquent dès que le droit urbain prend corps à partir du XIIe siècle. De la Flandre à l’Italie du Nord et du Centre, la fameuse « Urban belt » de l’Europe ancienne a constitué le champ privilégié de cette recherche pour laquelle les historiens et les historiens du droit ont échangé leurs points de vue. Entre 1200 et 1500, des évolutions chronologiques parfois différenciées ont permis de cerner les transformations du droit écrit et le développement dynamique des nouvelles procédures. En favorisant le pénal, la question a été de comprendre quelles possibilités ont été offertes aux justiciables pour user de différents modes de résolution des conflits et comment les gouvernants des villes ont pu instituer des politiques judiciaires de type étatique. La justice est ainsi apparue comme un pan du lien politique et social des milieux urbains.

Listing 1 - 7 of 7
Sort by