Search results: Found 5

Listing 1 - 5 of 5
Sort by
La Collection Cacault : Italie-Nantes, 1810-2010

Authors: --- ---
ISBN: 9782917902615 DOI: 10.4000/books.inha.6957 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Le musée des Beaux-Arts de Nantes a fêté en 2010 le bicentenaire de l’achat de la collection de François Cacault (1743-1805), fondatrice du musée. Une exposition-dossier (19 juin - 15 novembre 2010) et un colloque ont permis de revenir sur la collection de ce Nantais qui eut une carrière diplomatique à la longévité étonnante, traversant les régimes politiques de la monarchie à l’Empire. Ses nombreux voyages et missions (Naples, Rome, Florence, Gênes…) lui offrirent la possibilité d’amasser une imposante collection de chefs-d’œuvre (dont les trois La Tour entrés sous des noms différents), avec une prédilection marquée pour la peinture de la Péninsule, du XIIIe au XVIIe siècle. Il était donc particulièrement intéressant de comparer le collectionnisme de François Cacault – et son goût pour les Primitifs, par exemple – avec celui de ses contemporains, qui ont fait l’objet d’études importantes ces dernières années (Fesch, Fabre, Wicar). La constitution de la collection a également été replacée dans le contexte des marchés de l’art italien et français, alors en pleine mutation. François Cacault et son frère, Pierre, avaient fondé un musée-école à Clisson, à partir de ces peintures, mais également de 64 albums factices rassemblant plus de 7 000 gravures, offrant un panorama complet de l’histoire de la peinture européenne, classée par écoles (florentine, lombarde, allemande, flamande, hollandaise, française…). Là encore, il était intéressant de comparer la démarche des deux frères avec celle de leurs contemporains alors que se développaient les écoles d’art en province depuis le XVIIIe siècle et que commençaient à apparaître les musées en France.

Les premières gravures italiennes : Quattrocento-début du cinquecento. Inventaire de la collection du département des Estampes et de la Photographie

Author:
ISBN: 9782717725919 DOI: 10.4000/books.editionsbnf.1303 Language: French
Publisher: Éditions de la Bibliothèque nationale de France
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:28
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L'inventaire des premières gravures italiennes regroupe plus de huit cents estampes exécutées au quattrocento et au début du cinquecento, toutes reproduites, à l'exception des doubles. Ce fonds exceptionnel – l'un des plus considérables avec ceux du British Museum et de l'Albertina – compte un grand nombre d'œuvres uniques ou rarissimes parmi lesquelles la plus ancienne gravure italienne connue, une épreuve de nielle (plaque d'orfèvrerie), datée de 1452. C'est sous cette forme que l'estampe apparaît en Italie, dans les ateliers d'orfèvres de Florence. Elle connaît une évolution rapide dans les cités artistiques : Florence, Ferrare, Mantoue, Milan, Venise, Vicence, Bologne, Rome. Technique de reproduction et de multiplication de l'image, ce nouveau média utilisé par des orfèvres, des miniaturistes, des peintres, des artisans, parfois de grands maîtres, tels Pollaiuolo et Mantegna, devient un moyen d'expression artistique autonome. Imprégnés de l'idéal esthétique de la Renaissance, les graveurs affirment leur créativité par les valeurs subtiles du noir et du blanc, la recherche de la beauté formelle, l'expressivité de la ligne, le jeu de l'ombre et de la lumière, le sens de l'espace dans la feuille. Leur production facilite la diffusion du langage visuel de la Renaissance et de l'iconographie, de la culture humaniste. Les thèmes profanes se multiplient. Les mythes classiques servent souvent des allégories moralisatrices philosophiques. Les figures fascinantes inspirées de l'antique (satyres, tritons et néréides, centaures, monstres marins), les grotesques et les statues romaines récemment découvertes, animent un univers surnaturel et fantastique, proche de notre sensibilité. Cet inventaire comporte une introduction illustrée – synthèse historique et artistique des débuts de l'estampe en Italie – suivie par l'historique détaillé du fonds du Cabinet des estampes. Les œuvres sont classées par école ou par graveur, chaque ensemble étant précédé d'un texte de présentation et d'une biographie de l'artiste, permettant au lecteur de les situer dans leur contexte. Les notices détaillées signalent l'historique des gravures et mentionnent les filigranes existants, tous reproduits, la plupart par bêtagraphie. On trouvera, à la fin, trois index (artistes, provenances et sujets).

Émile Bernard. Au-delà de Pont-Aven

Author:
ISBN: 9782917902752 DOI: 10.4000/books.inha.4762 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La personnalité et l’œuvre d’Émile Bernard constituent un véritable « cas » dans l’histoire de l’art moderne, susceptible en cela d’intéresser au premier chef les historiens de l’art. Voilà en effet un homme qui a fréquenté quelques-uns uns des plus grands artistes de son temps, Gauguin, Van Gogh, Toulouse-Lautrec, Cézanne, un homme qui a été au cœur des recherches avant-gardistes du groupe de Pont-Aven, qui a eu affaire aux grands marchands parisiens, Le Barc de Bouteville et Ambroise Vollard, et qui décide à un moment donné de se tourner résolument vers le passé pour essayer de retrouver ce qu’il croit définitivement perdu : la foi et le métier des maîtres anciens, pour tenir un discours de plus en plus réactionnaire sur les arts de son temps et renier les expériences de sa jeunesse. Si l’on ne saurait dire la part prise par le dépit de se sentir injustement méconnu dans cette singulière décision, il est certain qu’elle causa la mise à l’écart de l’artiste dans l’histoire canonique de la peinture du XXe siècle. L’exposition que présente aujourd’hui l’INHA porte précisément sur ce point, en s’efforçant d’éclairer tout le parcours d’Émile Bernard et en mettant en évidence, auprès de trois tableaux (dont un bel Autoportrait), l’un des points incontestablement forts de sa création, son œuvre magistral de graveur et de lithographe, notamment comme illustrateur de livres.

Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Essais

Authors: --- ---
ISBN: 9782917902677 DOI: 10.4000/books.inha.3879 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:36
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si l’histoire de l’art s’est depuis longtemps intéressée à ceux qui la pensent et l’écrivent, donnant matière à maints études et ouvrages de fonds (dictionnaires, essais, anthologie...), ce n’est que relativement récemment, depuis la toute fin des années 1980, qu’elle prend en compte les femmes à l’œuvre dans la pratique et l’écriture de l’histoire des arts visuels. Issu d’un colloque consacré aux historiennes de l’art à l’époque de Juliette Récamier, cet ouvrage explore et donne à voir les carrières, les postures et les points de vue de femmes sur l’art durant une petite centaine d’années – de 1760 à 1840, période d’intenses bouleversements dans toute l’Europe –, faisant se confronter des regards français, anglais et allemands de praticiennes comme Élisabeth Vigée-Lebrun, de salonnière et romancière comme Marie d’Agoult ou Germaine de Staël, ou encore de restauratrice de tableaux, de journalistes ou de critiques d’art. Ces essais mettent en évidence la variété des écrits et des stratégies mises en place par les femmes pour s’octroyer une place – elle-même variable selon les cas – dans un univers essentiellement masculin. Ce volume d’essais entend ainsi contribuer à l’histoire de l’art sous un angle qu’il n’est désormais plus permis d’ignorer. Le second volume de cet ouvrage – également intégralement accessible en ligne – permet d’approfondir cette plongée dans une histoire méconnue en donnant à lire ou relire une partie des textes de ces femmes, documents souvent oubliés ou omis, parfois même encore à l’état de manuscrits inédits.

Plumes et Pinceaux : Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850) — Anthologie

Authors: --- --- --- --- et al.
ISBN: 9782917902844 DOI: 10.4000/books.inha.2907 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:36
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si Germaine de Staël et Marceline Desbordes-Valmore sont connues pour leurs réflexions sur l’art, d’autres textes et pensées de femmes des années 1750-1840 en France, mais aussi en Angleterre et en Allemagne, le sont moins, ou pas du tout. C’est un florilège de ces écrits qui est donné à lire ici : de Mme de Beaumer à Edmée de Syva, en passant par Félicité de Genlis (dont sont publiés deux textes inédits, Essai sur les arts et Catalogue pittoresque du cabinet de tableaux de Monsieur le comte de Sommariva), Élisabeth Vigée-Lebrun, Helmina von Chézy, Anne Plumptre, parmi une quinzaine d’autres. Journalistes, critiques d’art, artistes ou voyageuses curieuses et averties visitant les musées européens avec passion, elles usent de tous moyens littéraires pour faire entendre des positions esthétiques, morales, voire politiques sur l’art et son histoire. Elles portent un regard aigu, mais pourtant jamais univoque, sur les grands événements de leur temps – de la Révolution française à la conquête napoléonienne et à ses conséquences –, et sur l’art et la création artistique. Cette publication, dirigée par Anne Lafont, Maître de conférences en histoire de l’art (université de Marne-la-Vallée) et conseillère scientifique à l’INHA, avec la collaboration de Charlotte Foucher (université Paris-I Panthéon-Sorbonne) et Amandine Gorse (université Paris Ouest Nanterre La Défense), va de pair avec deux ouvrages papier publiés aux Presses du réel. Le premier, Plumes et Pinceaux. Discours de femmes sur l’art en Europe (1750-1850), est un recueil d’essais qui paraîtra sur ce site après une barrière mobile de trois ans. C’est le texte intégral du second de ces volumes que nous proposons ici. Il donne à entendre les voix des auteures qui, dans les années 1750-1850 en Europe, ont visité les Salons et les musées, ou ont fréquenté les ateliers d’artistes et les collectionneurs. Mais nous avons pensé que mettre à la disposition des internautes ces pages parfois inédites et très souvent difficiles à retrouver aujourd’hui constituait un formidable outil pour la recherche. Nous avons par ailleurs recherché – et trouvé, autant que faire se peut – les œuvres d’art dont parlent ces femmes : la publication en ligne nous permet alors de les donner à voir, de façon à restituer leur regard. Une bibliographie très complète accompagne également cette publication.

Listing 1 - 5 of 5
Sort by