Search results: Found 10

Listing 1 - 10 of 10
Sort by
Un grand seigneur et ses esclaves : Le comte de Noé entre Antilles et Gascogne 1728-1816

Author:
ISBN: 9782810708628 DOI: 10.4000/books.pumi.11460 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Midi
Subject: History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:33
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En avril 1799, trois ans avant la proclamation de l’indépendance d’Haïti, un vieux noble ruiné écrit à Toussaint Louverture, figure montante de Saint- Domingue. Surprenant renversement des rôles : le comte Louis-Pantaléon de Noé appelle à l’aide un ancien esclave. Maître de la plantation Bréda où naquit Toussaint, grand propriétaire sucrier dont le domaine inspira Victor Hugo pour Bug Jargal, l’aristocrate gascon est représentatif de ces riches planteurs blancs alors malmenés par la tourmente révolutionnaire. À un moment où beaucoup s’interrogent sur le passé colonial de la France, cette biographie invite à plonger au cœur du système esclavagiste et de la « plantocratie » d’Ancien Régime, tout en rappelant les liens solides tissés entre les provinces françaises et les lointaines îles à sucre. Sur les pas du comte de Noé, le lecteur croisera des personnages célèbres (Toussaint Louverture, les frères de Louis XVI) ou moins connus (négociants, notaires et gérants de sucreries). Il découvrira, surtout, les principaux acteurs de la société antillaise : les esclaves noirs, bien évidemment, mais aussi ces « Libres de couleur » qui constituent un groupe social en plein essor à la fin du xviiie siècle.

Esclaves : Une humanité en sursis

Author:
ISBN: 9782753568600 DOI: 10.4000/books.pur.114474 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Comment percevait-on l'esclave dans les sociétés esclavagistes, lorsque l'esclavage était légal et que nombre d'hommes libres pouvaient risquer d'y être plongés ? C'est à cette question que les auteurs de ce livre ont tenté de répondre, en confrontant des situations issues des mondes gréco-romains antiques, d'Afrique noire et du monde musulman à celles des modèles esclavagistes de l'Amérique coloniale. De ces approches diverses à travers le temps et l'espace, entre histoire, droit et anthropologie, ressortent de grandes différences entre les sociétés, mais aussi des points de rapprochement. Ainsi, généralement considéré comme une chose et parfois rapproché de l'animal, par son maître comme par ceux désirant légitimer l'institution esclavagiste, l'esclave demeure cependant toujours perçu par eux comme un homme (en droit comme en fait), et donc comme un être humain qui, tout en ne cessant jamais totalement d'être ainsi reconnu, peut être à volonté réduit et/ou assimilé à la condition souhaitée par son maître. Apparaît ainsi l'une des caractéristiques premières de tout système esclavagiste : le pouvoir discrétionnaire du « maître » faisant de l'esclave un homme-frontière, en sursis.

L'esclave et les plantations : de l'établissement de la servitude à son abolition. Hommage à Pierre Pluchon

Author:
ISBN: 9782753566378 DOI: 10.4000/books.pur.97625 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:48
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L'esclavage est devenu un thème « très à la mode » : tant de souffrances et d'injustices au service d'une économie impitoyable, pour alimenter des métropoles volontiers aveugles et sourdes. L'odieux système oblige à un effort de mémoire. Mais, bien plus, le devoir de vérité impose aux historiens de ne négliger aucune piste, d'utiliser tous les outils, de mettre en commun leurs recherches pour apporter leur fragment de vérité. Cela implique de parler franc sans s'arrêter aux états d'âme actuels, de parler cru, de parler avec des chiffres, des mesures, des évaluations, des comparaisons. La lumière est à ce prix. Voici longtemps, dans le sillage de Gabriel Debien, Pierre Pluchon avait entrepris, entre autres études coloniales, de se saisir des tenants et aboutissants de « cette absence de sens moral ». Sa bibliographie montre qu'il a abordé tous les sujets sans tabous, tous les domaines fussent-ils mineurs avec la volonté de comprendre. Son Histoire de la colonisation française ne laisse pas de place à la négligence. Pour lui rendre hommage, plusieurs chercheurs ont accepté de s'associer. Les champs abordés montrent la complexité de la question des esclaves et de la plantation. L'esclavage, comme élément moteur de la plantation, permet d'appréhender le milieu où évolue l'esclave, les moyens de se procurer la main d'œuvre servile, de l'utiliser dans le cadre d'une division du travail industrielle, de lui donner une origine, un genre. Progressivement, « une puissante préoccupation de l'homme se déploie, impatiente d'accomplir les profondes et justes réformes ». La noble conviction ne doit pas occulter les craquelures d'un système vacillant. Le long chemin de l'abolition est jalonné de doutes, de craintes et de nécessités. La généreuse croyance se fraie un passage parmi des considérations très matérielles et très partisanes.

Bartolomé de Las Casas : Face à l'esclavage des Noir-e-s en Amériques/Caraïbes. L'aberration du Onzième Remède (1516)

Author:
ISBN: 9782354122843 DOI: 10.4000/books.pupvd.2903 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Perpignan
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Las Casas est sans conteste l'une des « figures coloniales » les plus passionnantes et controversées dans le champ de études hispaniques, latino-américaines et caribéennes. Les motifs généralement associés à Las Casas sont aussi divers que variés ; ils portent en creux des enjeux tout à la fois épistémologiques, politiques et imaginaires : antiespagnol, défenseur des Indiens (et selon certain-e-s des Noirs), anticolonialiste avant la lettre, représentant frustré d'une véritable rencontre entre l'Europe et le « Nouveau mondes », colonialiste à visage faussement humain, illuminé... À cela s'ajoute la question (polémique) de sa responsabilité dans la mise en esclavage néfaste des Noir-e-s, suite à la formulation de son Onzième Remède/solution en 1516. Le présent ouvrage, transdisciplinaire et international, vise à revenir, partiellement mais rigoureusement, sur les circonstances historiques, politiques, économiques et imaginaires qui ont présidé à la dite proposition naguère faite par Las Casas, ainsi que, finalement, d'autres avant ou en même temps que lui. Par ce biais, son souci à lui était de libérer les Indiens des affres de l'exploitation espagnole qu'ils subissaient cruellement tout en se gardant de mettre en péril les intérêts de la couronne espagnole et des « colons missionnaires » engagés dans l'entreprise coloniale. Mais il s'agit aussi, dans cet ouvrage d'affranchir Las Casas de l'emprise des lectures purement historiennes qui en revendiquent le monopole, en examinant comment son itinéraire (formation, combats et conversions, publications, sa figure devenue mythique, etc.) est transcrit dans d'autres productions discursives et symboliques contemporaines.

Devenir descendant d'esclave : Enquête sur les régimes mémoriels

Author:
ISBN: 9782753562868 DOI: 10.4000/books.pur.72854 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:48
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Au croisement de la sociologie de l'action publique et de la sociologie pragmatiste, l'ouvrage de Johann Michel explore les transformations depuis l'après-guerre des régimes mémoriels de l'esclavage en France. En s'appuyant sur une grande variété de matériaux empiriques (archives, entretiens, ethnographie), l'auteur distingue trois catégories de régimes mémoriels de l'esclavage, les conditions historiques de leur production et de leur autonomisation, les raisons de leur antagonisme, les possibilités de leur cohabitation. D'une part, le régime mémoriel abolitionniste tend à commémorer la République et les métropolitains blancs qui ont œuvré à l'émancipation des esclaves en 1848. D'autre part, le régime mémoriel anticolonialiste, qui prend son essor dans les mouvements nationalistes des DOM au cours des années 1960-1970, célèbre les luttes anti-esclavagistes et les héros de couleurs qui ont contribué à la libération des esclaves. Enfin, le régime victimo-mémoriel, qui se développe surtout à partir des années 1990, rend hommage aux souffrances des esclaves et s'inquiète de l'aliénation des sociétés post-esclavagistes. À travers cette typologie, Johann Michel cherche à théoriser, à la frontière de la mémoire collective et de la mémoire officielle, la notion pragmatiste de mémoire publique lorsque des groupes problématisent et publicisent un trouble mémoriel comme modalité de déni de mémoire.

L’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle : Les Héritages

Authors: --- ---
ISBN: 9782354122805 DOI: 10.4000/books.pupvd.3318 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Perpignan
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

« Le Colloque pluridisciplinaire et international, " l’Esclavage de l’Africain en Amérique du 16e au 19e siècle : les Héritages " a été organisé par l’Association Dodine les 19, 20 et 21 avril 2011 à Fort-de-France. Ce n’était pas, comme d’aucuns pouvaient d’emblée le penser, un colloque de plus eu égard aux multiples rencontres antérieures relatives à l’Esclavage vu du continent européen. La visée ici était tout autre. L’objet assigné se voulait différent, novateur : un colloque axé sur « Les Héritages », à savoir, « les créations des peuples nègres issus des abolitions de l’esclavage au 19e siècle en Amérique. » D’où la définition et la délimitation d’un champ d’interrogations et d’investigations ouvert sur les domaines de l’activité humaine. La manifestation, labellisée « 2011 Année des Outre-Mer Français » a vu ses travaux se dérouler dans d’excellentes conditions. La trentaine de communications fut déclinée en six sessions de demi-journées, animées par des modérateurs avertis. Elles reçurent un écho très favorable d’un public attentif, curieux, de plus en plus nombreux et motivé dans l’échange. En relation avec le colloque, le Vernissage de l’exposition « Prismes d’Artistes ». à l’initiative des Artistes Peintres de l’Association Martiniquaise PABE (Plastik Art Band Experimental) ». E.A « Quel grand honneur que celui d’avoir participé à ce colloque de très haut niveau et de penser qu’il est une graine qui va fertiliser de futurs projets entre nous tous ! » E.T « Je ne connais pas une seule personne qui n¹ait parlé de sa satisfaction totale à la fin de la conférence. » M.B

Les sœurs de Solitude : Femmes et esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle

Author:
ISBN: 9782753567320 DOI: 10.4000/books.pur.128424 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

À la base de l’esclavage aux Antilles, où sévit le système de la plantation, on trouve le ravalement de l’esclave au rang d’une « marchandise » corvéable et malléable à merci, mais – et c’est là où réside l’originalité de la thèse d’Arlette Gautier –, on constate une division sexuelle du travail : aux esclaves hommes, la technique, les outils, voire les armes, aux esclaves femmes, la fonction de reproduction, les travaux peu qualifiants, ce qui n’exclut ni leur périllosité ni leur pénibilité. Et parce que le maître blanc perpétue dans l’esclavage sa propre idéologie du pouvoir viril, parce que l’esclave homme y trouve partiellement son compte dans des conditions qui restent inhumaines, l’abolition de l’esclavage n’entraînera pas la fin de la suprématie masculine et la domination de la femme par l’homme. Arlette Gautier, tout en procédant à une rigoureuse investigation scientifique, aborde le sujet à partir d’un point de vue dérangeant, celui des femmes revendiquant, à travers les vicissitudes de l’histoire, le juste prix de leur travail social, renvoyant presque dos à dos le maître blanc et le mari noir. Cependant, elle évite l’écueil de la simplification abusive, car l’esclavage demeure d’une grande complexité, et dans ce contexte impitoyable, la lutte pour la survie était un facteur qui déterminait tous les comportements. « Dévoiler cette histoire, nous dit l’auteur, c’est commencer à expliquer bien des problèmes actuels. » « Arlette Gautier a bien montré que cette division des compétences et du travail a maintenu et aggravé la subordination des femmes, de sorte que l’esclavage, loin de niveler le sort des hommes et des femmes, a abouti au contraire à un abaissement supplémentaire de la femme dans la maisonnée blanche et bientôt dans la famille noire, car elle ne bénéficiait plus, dans une société noire éclatée ou en miettes, des sauvegardes et privilèges dont naguère la femme noire était assurée en Afrique. » (Marc Ferro, EHESS.)

Figures d'esclaves : présences, paroles, représentations

Author:
ISBN: 9791024010694 DOI: 10.4000/books.purh.6233 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rouen et du Havre
Subject: Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:49
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Quelles sources les chercheurs mobilisent-ils pour approcher la complexité du « fait esclavagiste » issu de la traite transatlantique ? Que tirent les historiens de leur retour vers des sources d'archives utilisées par leurs prédécesseurs et de l'entrée d'instruments méthodologiques novateurs dans ce champ de la recherche pour lequel on observe un regain d'intérêt ? Que peuvent apporter la peinture, le cinéma ou l'étude de l'imaginaire visuel à la connaissance de l'impact de l'esclavage dans les sociétés depuis plus de trois siècles ? Telles sont les principales questions qui constituent l'aiguillon de Figures d'esclaves, un ouvrage dans lequel quinze historiens, sociologues, anglicistes, anthropologues et spécialistes de littérature se sont réunis dans le but de présenter des études inédites. La publication de cet ouvrage s'inscrit dans le cadre du programme de recherche financé par la région Haute- Normandie : « La Haute-Normandie : une tradition d'ouverture sur le monde ».

Keywords

esclavage --- port --- Noir --- Caraïbes --- Afro-américain --- traité

Les Sociétés en Europe du milieu du vie siècle à la fin du ixe siècle

Author:
ISBN: 9782729710835 DOI: 10.4000/books.pul.20278 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Lyon
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-04 12:20:44
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Destiné aux candidats aux concours, le présent recueil compte une centaine de textes dont beaucoup sont traduits pour la première fois en français. Ils illustrent les principaux thèmes en rapport avec la question : démographie, identités, espaces, sociétés pensées et sociétés vécues, aristocratie, paysannerie, esclavage et servage, le lien social sous toutes ses formes (famille et parenté, amitié, voisinage, associations jurées), le contrôle social et spécialement le règlement des conflits. Ils sont également divers par leurs origines (franque, wisigothique, lombarde, irlandaise, anglo-saxonne, scandinave) et par leurs dates - de la moitié du vie siècle à la fin du ixe, aucune époque n'est ignorée.

Du baptême à la tombe : Afro-catholicisme et réseaux familiaux dans les communautés esclaves Louisianaises (1803-1845)

Author:
ISBN: 9782753578623 DOI: 10.4000/books.pur.137874 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En 1842, une église catholique destinée aux fidèles de couleur et une communauté religieuse réservée aux femmes de couleur libres sont toutes deux fondées à La Nouvelle-Orléans. Emblèmes de la vie religieuse des esclaves et des Noirs libres de la région, elles témoignent ensemble de la persistance et de la vivacité d’un afro-catholicisme typiquement louisianais. L’expérience religieuse des esclaves catholiques de la Louisiane dans la première moitié du XIXe siècle découle toutefois de trajectoires particulières ; les esclaves évoluent dans des mondes sociaux et culturels divergents, voire contrastants, où priment les exigences de l’esclavage racial. Un esclave confiné sur une plantation isolée de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, au coeur de la vallée du Mississippi, vivra une expérience totalement différente d’un esclave intégré dans une domesticité urbaine au sein de la ville commerciale et cosmopolite qu’est La Nouvelle-Orléans. Véritables témoignages de leur vie chrétienne, le baptême, le mariage et l’enterrement représentent trois moments majeurs de cette expérience religieuse. Leur analyse permet ainsi d’approfondir un champ historiographique encore en friche. Ce faisant, cet ouvrage souligne les aléas de la rencontre entre catholicisme et esclavage et met en lumière les prémisses de la construction d’un afro-catholicisme distinct, propre aux communautés esclaves rurales et urbaines de la Louisiane.

Listing 1 - 10 of 10
Sort by