Search results: Found 2

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Tombeau de Léonard De Vinci : Le peintre et ses tableaux dans l’écriture symboliste et décadente

Author:
ISBN: 9782757425916 DOI: 10.4000/books.septentrion.69369 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Les valeurs les plus consacrées ont leur histoire. Ce « Tombeau de Léonard de Vinci » rassemble et analyse les textes qui à l’époque des Décadents et des Symbolistes ont contribué à faire de Léonard et de la Joconde les modèles de référence de la culture picturale occidentale. À un moment où les sciences et les techniques occupent une place dans la civilisation moderne qui interroge nécessairement la capacité des pratiques culturelles traditionnelles, Léonard de Vinci, esprit universel et peintre, apparaît comme une figure mythique de conciliation des antagonismes. À un moment où la peinture « moderne » et la photographie mettent en crise la fonction « réaliste » du tableau, la Joconde, un portrait, devient le plus beau tableau du monde. Deux absolus d’autant plus mythiques que le réel est plus irrépressiblement éclaté et la prétention interprétative totalisante des élites plus désespérément vaine. Le culte que le xixe siècle inaugure, apparaît ainsi comme la plus haute dénégation de l’impuissance de la culture telle que nous la vivons encore. Le propos n’est pas technique, il ne vise pas la « vérité », par quelque voie qu’on prétende la constituer, de Léonard et de son œuvre. Il ne s’agit que de décrire un processus complexe d’élaboration des représentations culturelles françaises en matière de peinture. Cela implique que les textes occupent le devant de la scène et que la critique d’art soit prise pour ce qu’elle est : l’organisation d’une croyance et un exercice d’écriture. La critique communique donc davantage avec la littérature qu’avec la connaissance, d’où la coexistence ici de textes qui appartiennent aussi bien à l’essai qu’au roman et qui sont produits par Taine, Michelet, Barrés, Valéry, Laforgue, Péladan... mais aussi, le vincisme français convoquant l’Europe, par Walter Pater, D’Annunzio ou Merejkovsky.

Keywords

peinture --- symbolisme --- tombeau --- invention

Peinture et musique : Penser la vision, penser l’audition

Author:
ISBN: 9782757426715 DOI: 10.4000/books.septentrion.69468 Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Subject: Philosophy
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si la comparaison peinture/musique, vision/audition, est courante, en revanche il n’existe pas de réflexion théorique qui, en les comparant, fasse appel à des spécialités aussi différentes que l’esthétique philosophique, l’histoire des sciences, l’histoire de l’art, la logique, l’iconographie, la psychosociologie, la théorie musicale, la théorie littéraire. Penser la vision et l’audition, penser la peinture et la musique sont des opérations corrélées mais pas nécessairement dans le sens qu’on pourrait croire : car peinture et musique sont autant révélatrices et constitutives d’une théorie de la vision ou de l’audition que conditionnées ou constituées par elles. Ainsi la circularité entre le moment épistémologique et le moment esthétique méritait d’être examinée pour elle-même. Un tel examen supposait qu’on récuse la logique du spectaculaire figée sur la polarité entre l’agent et l’objet exhibé. Il réclamait la convocation conjointe de différentes disciplines. Des objets et des questions apparemment disparates : théories de la perception, problème de l’autoréférence picturale, iconographie, relation entre oreille et timbre, relation entre écoute musicale, surdité et désir, problème de la correspondance des arts et de leur extériorité – analysés de ce point de vue trouvent leur profonde homogénéité par l’élaboration d’une thèse qui leur sert de foyer d’intelligibilité. C’est que peinture et musique ne sont pas réductibles à des produits de la pensée ; elles sont des lieux où non seulement la pensée se révèle, mais aussi où elle se construit, parce qu’elles fonctionnent comme les opérations d’une réforme (au sens que Bachelard donnait à ce terme) qui, en déstabilisant la tranquillité du regard et de l’écoute, montre et fait résonner ce qui, invisible et inaudible, ne saute ni aux yeux ni aux oreilles, mais que cependant on aurait toujours dû voir et entendre.

Keywords

art --- peinture --- musique --- ouïe --- vue

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Narrow your search

Publisher

Presses universitaires du Septentrion (2)


License

OpenEdition Licence for Books (2)


Language

french (2)