Search results: Found 3

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
Choisir Paris : les grandes donations aux musées de la Ville de Paris

Author:
ISBN: 9782917902639 DOI: 10.4000/books.inha.6879 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La Ville de Paris est l’un des premiers collectionneurs de France. Ses quatorze musées, réunis depuis 2013 au sein de l’établissement public Paris Musées, conservent une part importante de ce patrimoine. Nées de l’intérêt porté par la Ville à sa propre mémoire et à sa vie artistique, ces collections sont aussi le fruit du rapport passionné que de nombreux amateurs et collectionneurs ont entretenu avec la capitale, qu’ils ont choisie pour conserver leurs trésors patiemment assemblés. Ce « choix de Paris » répond à des motifs qui, pour divers qu’ils soient, font sens et écrivent une manière d’histoire de l’art. Hommage aux donateurs, le colloque dont sont issus ces actes s’est donné pour objectif de mieux faire connaître cette histoire, d’éclairer la genèse des collections des musées de la Ville de Paris et de témoigner de l’actualité de la recherche sur les grandes donations qui les ont enrichis. Ces essais témoignent aussi du souhait de Paris Musées de renforcer la recherche au sein de ses différentes activités.

Keywords

collectionnisme --- musée --- donation --- art --- patrimoine

Patrimoine photographié, patrimoine photographique

Authors: --- ---
ISBN: 9782917902684 DOI: 10.4000/books.inha.3916 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La photographie comme la notion de patrimoine sont des filles du XIXe siècle. Le procédé technique permettant de fixer une image obtenue par un procédé optique est inventé alors que se développe dans toute l’Europe une nouvelle conscience patrimoniale et que s’institutionnalisent des politiques de préservation de l’héritage du passé. Lors de la révélation du procédé photographique en 1839, le député François Arago, dans son discours à la Chambre des députés du 3 juillet, insistait sur les facultés documentaires du procédé qui intéressent l’archéologie et l’inventaire des richesses artistiques. L’image photographique devint ainsi dès l’origine un outil privilégié de représentation du patrimoine, qu’il soit architectural, sculptural, ou plus tard pictural. Entre les premières expériences romaines des photographes du Cafe Greco, ou la Mission héliographique de 1851, commandée par la Commission des Monuments Historiques, et les enquêtes photographiques de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel initié par André Malraux, d’innombrables campagnes de prise de vues ont ainsi contribué à reconnaître, identifier et répertorier les monuments historiques et les collections des musées. Mais la photographie n’a pas uniquement un intérêt documentaire, elle est aussi par elle-même une forme d’expression artistique. Des travaux d’Atget sur le vieux Paris aux typologies des Becher sur les structures industrielles, la photographie du patrimoine s’est affirmée depuis longtemps comme un domaine spécifique de la scène photographique. Ces dernières décennies, à mesure que la photographie comme art a gagné une reconnaissance institutionnelle, les collections photographiques anciennes ou plus récentes ont acquis une dimension patrimoniale. Cette mise en abîme de l’objet patrimonial dans l’œuvre photographique se retrouve au cœur du travail de photographes contemporains, comme par exemple Thomas Struth dans les Museums Photographs. Ce double statut de document et d’œuvre, ce double intérêt historique et pour l’histoire, incite à écrire une histoire croisée du medium et de ce qu’il représente. Cette journée d’étude organisée par l’École Pratique des Hautes Études (équipe Histara) et par l’Institut national d’histoire de l’art, se propose de croiser les différentes questions soulevées par la photographie du patrimoine, dans sa pratique et dans ses usages, à travers l’histoire de la photographie. Le programme est conçu autour de deux questions, « La mise en scène du patrimoine, la photographie comme outil de l’inventaire » et « La mise en abîme du patrimoine, la photographie comme objet de l’inventaire ». Les interventions se répartissent en deux sessions consacrées respectivement aux représentations du paysage monumental et de l’architecture et aux représentations de la sculpture.

Architecture et théorie. L’héritage de la Renaissance : Actes de colloque

Authors: --- ---
ISBN: 9782917902653 DOI: 10.4000/books.inha.3312 Language: French
Publisher: Publications de l’Institut national d’histoire de l’art
Subject: Arts in general
Added to DOAB on : 2019-12-10 12:25:10
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce colloque s’insère dans un ensemble de manifestations consacrées à la théorie de l’art : une table ronde introductive en avril 2009 sur la problématique organisée à Paris par Milovan Stanic (université Paris IV) au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, et un colloque sur la théorie des arts figuratifs à Saint-Pétersbourg (direction Milovan Stanic) en 2010. Il est exclusivement dévolu à l’architecture de la Renaissance à nos jours, dans le prolongement du programme de recherche Architectura du CESR, dont l’une des bases est consacrée aux livres d’architecture (XVIe-XVIIe siècle). En même temps que l’architecture « à l’antique », la Renaissance voit renaître la théorie de l’architecture. Qu’il s’agisse de gloses du traité de Vitruve ou d’entreprises autonomes, les traités fleurissent, du De re ædificatoria d’Alberti (Florence, 1485) à l’Idea della architettura universale de Scamozzi (Venise, 1615), en passant par l’œuvre de Serlio, la plus vaste entreprise éditoriale du Cinquecento, la Regola de Vignole (Rome, 1562) maintes fois rééditée et les Quattro libri d’architettura de Palladio (Venise, 1570). Tous ces ouvrages formalisent une pratique de l’art de bâtir dont les représentations mentales restaient implicites au Moyen Âge, limitées aux transmissions traditionnelles des savoir-faire au sein des corporations. Ils ont été souvent réédités, lus et médités tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles ; et ils marquaient encore l’enseignement de l’École des beaux-arts au début du XXe siècle. Comment la théorie développée dans les traités de la Renaissance a-t-elle contribué à former la pensée architecturale des architectes des siècles suivants ? Telle est la question à laquelle les intervenants, historiens de l’architecture, architectes et critiques contemporains, tenteront de fournir des éléments de réponse.

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
Narrow your search

Publisher

Publications de l’Institut national d’histoire de l’art (3)


License

OpenEdition Licence for Books (3)


Language

french (3)