Search results: Found 9

Listing 1 - 9 of 9
Sort by
L’enseignement français en Méditerranée : Les missionnaires et l’Alliance israélite universelle

Author:
ISBN: 9782753567566 DOI: 10.4000/books.pur.103139 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

S’appuyant sur plusieurs réseaux d’écoles, celui des congrégations catholiques puis des missions protestantes, mais également ceux de l’Alliance israélite universelle et de la Mission laïque française, la France cherche à propager un modèle, celui de la mission civilisatrice. Elle parvient ainsi à entretenir ses clientèles dans le Maghreb colonial, au Levant comme dans les marges de l’Empire ottoman. L’ouvrage interroge tout particulièrement la place des communautés juives dans le dispositif scolaire français. Accueillis dans les établissements de l’Alliance israélite, créée à la suite de l’affaire de meurtre rituel survenue à Damas en 1840, les juifs figurent également en nombre dans les autres établissements français, chrétiens comme laïques. L’antisémitisme développé en métropole et dans la société coloniale algérienne est partagé par certains missionnaires. Est-il pour autant propagé dans les écoles des missions catholiques ? Que masque le « Jewish work » revendiqué par les missionnaires protestants dans l’Empire ottoman ou en Perse ? Cet ouvrage vise à croiser les types d’archives, en premier lieu celles de l’Alliance israélite qui offrent une source remarquable à l’historien de l’éducation, afin de mettre à jour les distorsions entre les discours et les stratégies mises en œuvre au sein du réseau scolaire français. Le discours de la « régénération » morale des juifs orientaux par l’école rejoint en fin de compte celui des missionnaires envers les chrétiens d’Orient. Comme la Mission laïque française, l’Alliance israélite offre une éducation qui répond aux standards français et se veut ouverte à tous, juifs et non-juifs, chrétiens et musulmans. Elle oppose un autre modèle à l’enseignement juif traditionnel et éclaire les tensions à l’intérieur des communautés juives. Confrontée successivement à l’ottomanisme, au nationalisme arabe et au sionisme envers lequel elle est supposée hostile, l’Alliance israélite apparaîtrait donc presque comme un sujet banal de cette histoire coloniale française en Méditerranée. Ses écoles, comme celles des autres réseaux missionnaires ou laïcs, en révèlent néanmoins toutes les arcanes, pour ce qu’elles nous apprennent des sociétés méditerranéennes, des relations entre communautés et entre États colonisateurs et peuples colonisés.

L'État et l'enseignement privé : L'application de la loi Debré (1959)

Author:
ISBN: 9782753568112 DOI: 10.4000/books.pur.109865 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Il y a cinquante ans était votée, dans des circonstances difficiles, la loi dite « Debré » qui régit encore les rapports entre les établissements d'enseignement privés et l'État. Un bilan de l'application de cette loi fondatrice à tous égards s'imposait, réalisé par des chercheurs en sciences de l'éducation, droit, histoire et sociologie, mais également grâce à des témoins et des acteurs ayant eu ou ayant des responsabilités au plus haut niveau dans le déroulement des évènements. Quatre moments ordonnent le contenu de cet ouvrage : un bilan historique confronté à la mémoire de grands témoins des évènements depuis le vote de la loi Debré jusqu'à l'échec de sa transformation par la loi Savary ; un bilan centré sur la question très sensible du statut des maîtres contractuels : caractère propre, rapport aux congrégations, gestion et formation initiale et continue des enseignants ; un bilan sur l'espace occupé par les établissements privés sur le territoire français : sociologie des élèves, choix des parents, rapports aux questions économiques et développement d'un secteur marchand aux frontières de l'école sous le regard croisé des acteurs que sont les parents d'élèves ; et un bilan enfin sur l'identité même des établissements privés : établissements juifs, musulmans, nouvelles écoles catholiques, rapport au marché et au service public. Cinquante après la loi Debré où en sommes-nous ? Cet ouvrage tente d'y répondre et de dresser un bilan aussi nuancé et rigoureux que possible de l'application d'une loi qui a fait débat et continue à le faire parce qu'elle se prête à de multiples interprétations. La loi Debré participe-t-elle de cette « composition française » dont parle Mona Ozouf ou au contraire a-t-elle dressé une barrière entre des cultures éducatives différentes ? Rapprochement et séparation constituent bien le paradoxe actuel des établissements privés par rapport aux établissements publics.

Le CAP : un diplôme du peuple : (1911-2011)

Authors: --- ---
ISBN: 9782753569218 DOI: 10.4000/books.pur.118133 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En 2011 le certificat d'aptitude professionnelle (CAP) a eu cent ans. Comparé au baccalauréat bicentenaire, c'est peu ; mais par rapport à bien d'autres diplômes, y compris le célèbre certificat d'études primaires, cette longévité est remarquable. Qui, au début du XXe siècle, aurait envisagé un tel destin pour un diplôme professionnel alors novateur, mais fortement discuté ? Certes, en cent ans, le CAP a connu maintes métamorphoses et son histoire est tout sauf linéaire et tranquille. Mais, il semble encore promis un bel avenir, tant il a une capacité à passer à travers les gouttes des multiples réformes scolaires, dont certaines avaient clairement envisagé sa disparition. Diplôme à vocation professionnelle, créé pour certifier la qualification ouvrière et employée, le CAP a toujours fait l'objet de polémiques. Trop scolaire pour certains employeurs ou secteurs d'activité, trop professionnel aux yeux des enseignants du secondaire, ou encore trop spécialisé ou trop généraliste, il a subi des critiques incessantes, moins liées à son contenu, ses objectifs ou ses publics, qu'à la définition même de ce que doit être un diplôme professionnel sous tutelle de l'Éducation nationale. Les questions posées au moment de la création de ce diplôme en 1911, puis celles qui ont émaillé le cours de son histoire, sont en effet semblables aux interrogations que suscite de nos jours l'avenir du baccalauréat professionnel, du brevet de technicien supérieur (BTS), de la licence ou encore du master. Quand tous les diplômes ou presque sont supposés être « professionnels » et préparer spécifiquement à l'emploi, leur curriculum, l'organisation de la formation, l'équilibre entre école et entreprise, et leur reconnaissance sur le marché du travail, etc. posent inévitablement des questions. À ce titre, le CAP est emblématique des conflits et compromis que génèrent la mise en place et le devenir d'un diplôme professionnel quel qu'il soit. C'est l'ensemble de cette actualité dont rend compte cet ouvrage pluridisciplinaire, le premier consacré au CAP, un diplôme toujours vivace, à la fois « lieu de mémoire » de la formation des ouvriers et des employés et enjeu d'avenir, pour mieux comprendre les rapports entre apprentissages professionnels, certifications et société.

Repenser l’école : Une anthologie des débats sur l’éducation au Québec de 1945 au rapport Parent

Authors: ---
ISBN: 9791036504662 DOI: 10.4000/books.pum.13348 Language: French
Publisher: Presses de l’Université de Montréal
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:43
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Parmi les réformes entreprises pendant la Révolution tranquille, la plus importante est sans doute celle qui a transformé de fond en comble le système d’éducation québécois, depuis le cours primaire jusqu’à l’université. Ce grand chantier n’aurait toutefois pu être mené aussi rondement si les années qui l’avaient précédé n’avaient donné lieu à un débat passionné sur l’éducation. Devant l’immobilisme du gouvernement Duplessis, de nombreuses voix se sont alors élevées pour proclamer la nécessité et l’urgence des réformes, et pour débattre de leur teneur. Cette anthologie témoigne de ce fécond bouillonnement d’idées, qui allait aboutir au Rapport Parent en 1965. Ces textes permettent, bien sûr, de juger du chemin parcouru, en rappelant une époque pas si lointaine où à peine 4 % des Québécois francophones obtenaient un diplôme universitaire, mais ils montrent également la profondeur historique de questions toujours actuelles : quelle formation donner aux enseignants ? comment démocratiser les structures scolaires ? et doit-on maintenir leur caractère confessionnel ? comment coordonner secteur privé et secteur public ? comment faire face aux défis de cette économie de plus en plus concentrée dans le secteur tertiaire, qu’on n’appelait pas encore l’ « économie du savoir » ? etc. Presque tous les intellectuels importants du Québec d’alors ont participé à ces débats. De nombreuses organisations ont tenu de même à faire valoir leur point de vue. Bref, c’est toute la société québécoise - de ses secteurs les plus réactionnaires jusqu’à ses plus progressistes - qui s’est sentie concernée, quand il s’est agi de repenser l’école.

Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses : L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945

Author:
ISBN: 9782753567832 DOI: 10.4000/books.pur.106479 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La Libération est marquée par une très forte inquiétude des pouvoirs publics face à la délinquance juvénile et, plus largement, face à la jeunesse en difficulté ; elle révèle ainsi les fortes perturbations, voire les traumatismes subis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette prise de conscience se traduit par un appareil législatif affirmant la primauté des conceptions éducatives sur les principes répressifs. Faute de moyens financiers notamment, l’État s’appuie au niveau national sur le secteur privé, disposant traditionnellement d’une certaine expérience dans le domaine et de réseaux prompts à soutenir ces œuvres. Or, la Seine-Inférieure, fortement ébranlée par les séquelles de la guerre, souffre, de surcroît, d’un équipement très insuffisant pour affronter les besoins en matière de prise en charge des mineurs délinquants et en danger. Toutefois, le milieu associatif réussit à rattraper son retard avec l’aide, en particulier, de personnalités locales dont le rôle est déterminant au sein des conseils d’administration. Tout au long de cette période, les établissements spécialisés affinent leurs méthodes et leurs projets pédagogiques grâce aux progrès de la formation des éducateurs et en s’ouvrant aux autres spécialistes de l’enfance. Dès les années 1970, l’évolution du profil des pensionnaires et les critiques qui se développent à l’encontre de l’hébergement classique, ainsi que le climat de restriction budgétaire mais aussi de décentralisation modifient de fait les rapports entre l’État et le secteur privé dont les caractéristiques ont désormais peu à voir avec les premières années d’expérimentation.

L’école d’État conquiert la France : Deux siècles de politique scolaire

Author:
ISBN: 9782753567375 DOI: 10.4000/books.pur.111018 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Un phénomène majeur a pris place en France au cours du 19e et du 20e siècle : la création et le développement d’une école publique qui retient les enfants et les adolescents des deux sexes sur une longue période (19 ans aujourd’hui en moyenne), et bien au-delà de l’obligation légale depuis les années 1960. Simultanément, l’organisation scolaire et les finalités de la scolarisation se sont transformées : à des écoles s’adressant spécifiquement à une classe sociale et un sexe s’est substituée une organisation qui récuse ces principes de différenciation de l’offre scolaire et définit celle-ci par référence à la structure des emplois. Cet ouvrage porte à la fois sur le développement de la scolarisation et sur les transformations de l’organisation scolaire entre le début du 19e siècle et aujourd’hui. Il prend en compte tous les enseignements non obligatoires pour les garçons et pour les filles : le primaire jusqu’en 1880, les enseignements secondaire, primaire supérieur et technique jusqu’en 1959, les diverses formes de scolarisation concernant la tranche d’âge 11-19 ans depuis les années soixante. L’accent est mis sur les déterminations internes à l’institution scolaire – l’action sur le terrain des personnels et l’organisation administrative et financière des établissements – ainsi que sur des déterminations externes. Parmi ces dernières, outre la politique définie à l’échelon central, certaines jouent un rôle notable à telle ou telle époque : les actions des villes entre 1830 et 1880, celles des milieux patronaux des industries « modernes » au 20e siècle, l’élaboration de conceptions nouvelles des besoins scolaires chez les instituteurs syndicalistes vers 1900 ou chez les partisans de l’éducation nouvelle après 1930, la diffusion de nouvelles représentations de l’avenir par les « experts » du Plan après 1945. Une dernière partie offre une vue d’ensemble sur les aménagements du système scolaire dans le contexte nouveau de crise de l’emploi des trente dernières années et un bilan de la relation entre les objectifs des réformes des années 1959-1967 et l’état de la scolarisation à la fin du 20e siècle.

Les collèges du peuple : L'enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République

Authors: ---
ISBN: 9782753568488 DOI: 10.4000/books.pur.118788 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

On sait que la Troisième République a assuré renseignement primaire élémentaire pour tous et créé l’enseignement secondaire des jeunes filles. On sait moins qu’à partir de 1880 la France s’est progressivement couverte d’écoles primaires supérieures et de cours complémentaires offrant aux filles et aux garçons des études prolongées au-delà du certificat d’études. Ces « collèges du peuple », pour reprendre une expression d’époque, allaient permettre à des enfants issus de milieux modestes d’accéder à des emplois d’encadrement moyen. Le présent ouvrage étudie cette zone obscure dans le passé de l’institution scolaire. Rompant avec l’explication habituelle de la croissance de la scolarisation en termes de « demande sociale », il montre la contribution de l’institution scolaire à son propre développement : ainsi le succès de renseignement primaire supérieur tient à la fois à ses relations organiques avec renseignement primaire élémentaire et à sa souplesse d’adaptation à des populations aux intérêts variés. Autre découverte : à certaines périodes, les collectivités locales ont été des acteurs décisifs du développement de la scolarisation. Une dernière partie examine les relations entre les débats sur « l’école unique », apparus dès 1900, et les évolutions institutionnelles qui ont abouti à l’unification partielle des filières d’enseignement prolongé. La conclusion propose un schéma d’ensemble pour analyser l’école, qui renouvelle les interrogations sur l’école développées par les sciences sociales depuis trente ans.

François de Dainville : Pionnier de l’histoire de la cartographie et de l’éducation

Author:
ISBN: 9782357231184 DOI: 10.4000/books.enc.587 Language: French
Publisher: Publications de l’École nationale des chartes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:31
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

François de Dainville se familiarise tout jeune avec les cartons d'archives en compagnie de son père chartiste. Il entre en 1928 dans la Compagnie de Jésus, où il fait ses premières expériences pédagogiques. Son doctorat d'état, qu'il défend à l'aube de la guerre, embrasse les savoirs des géographes humanistes et leur mode de transmission. Dès l'après guerre, il renonce à en publier le troisième volet et élargit ses contacts avec les sciences humaines. Historien de la pédagogie et de la cartographie, il marque ses auditeurs de l'École pratique des hautes études et de l'École des chartes. Il publie des documents inédits qui piquent la curiosité, des ouvrages qui sont de vrais guides de recherche. En 1964, il réalise la première synthèse sur les signes des cartes anciennes et réfléchit à l'élaboration d'un langage pour les atlas thématiques. Les contributions de ce volume témoignent de l'homme, de sa place dans la communauté scientifique et des travaux qu'il a inspirés.

Les Écoles dans la guerre

Author:
ISBN: 9782757407653 9782757414279 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires du Septentrion
Added to DOAB on : 2017-03-08 14:25:19
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L'École n’est pas hors du monde et hors du temps. Lorsque les « malheurs de la guerre » frappent un territoire et ses habitants, les acteurs éducatifs et les structures scolaires sont touchés. La mobilisation des hommes pour le combat atteint les personnels et les plus grands élèves ainsi que les étudiants, qui délaissent la plume et le verbe pour l’épée et le fusil. À l’arrière, les acteurs de l’École tentent de maintenir en vie les structures scolaires et universitaires et de les mobiliser ...

Listing 1 - 9 of 9
Sort by
-->