Search results: Found 40

Listing 1 - 10 of 40 << page
of 4
>>
Sort by
Jean-Jacques Rousseau (1712-2012)

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800415307 Year: Pages: 268 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: Languages and Literatures
Added to DOAB on : 2019-10-15 11:21:15
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si tout au long de l'année 2012, les fastes de la célébration auront pu donner de la critique rousseauiste l’image d’une discipline riche et variée, prospérant avec éclat et virtuosité, cette efflorescence du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau (1712-2012) peine à masquer la crise et les divergences parfois violentes qui la traversent. Celles-ci n’auraient guère d’importance, si, entre autres enjeux cruciaux, elles ne touchaient Rousseau lui-même, ainsi que la compréhension que nous pouvons avoir de son œuvre. Jadis guidée par la seule volonté de faire progresser la connaissance du Citoyen de Genève, l’inflation des études qui lui sont vouées n’est désormais plus dictée par de seuls motifs scientifiques, mais aussi par une concurrence tacite entre les tenants d’approches vues comme radicalement différentes, tendant à restituer Rousseau à l’intégrité de son texte selon les exigences de la philologie traditionnelle ; à le penser sous un angle historique voué à l’émergence de l’œuvre en son siècle, à sa réception et à ses travestissements posthumes ; ou, au contraire, à l’interpréter dans une visée purement conceptuelle et spéculative tentant de l’unifier et d’en assurer la compatibilité avec des idéologies et courants de pensée ultérieurs, dont les ramifications se prolongent jusqu’à notre temps. Longtemps opacifiées par la variété de leurs manifestations, à l’image d’une œuvre polygraphique abordant de front la philosophie politique, la pédagogie, la musique, la botanique, la chimie, la cosmographie, l’histoire, mais aussi le théâtre, le roman et l’autobiographie, ces divergences se sont incarnées, à l’heure du tricentenaire, en autant de projets rivaux, manifestant chez chacun le désir de s’approprier, de domestiquer, d’inféoder Rousseau à une lecture, une approche, une méthode ou une discipline uniques. Ce désir, qui trouve ses sources dans le rapport particulier instauré par Rousseau entre lui et ses lecteurs (l’espoir de voir une génération de lecteurs plus justes réhabiliter sa mémoire), se traduit au sein même de la critique par l’adoption de postures caractéristiques, par une certaine poétique inspirée de l’œuvre qu’elle est supposée élucider, ainsi que par la multiplication panique de publications cherchant, par le nombre, à asseoir une autorité sur le corpus, à minoriser ou discréditer toute dissidence, et à se faire enfin le maître et défenseur de la pensée qu’initialement on ne cherchait qu’à comprendre. Où faut-il donc chercher Rousseau ? Peut-être en ces pages qui, rassemblant dix-sept études réalisées par de chercheurs de toutes générations, spécialités et nationalités, font l’audacieux pari que la richesse encyclopédique et la complémentarité des approches vouées à Rousseau ne sont guère de vaines promesses.Depuis leur lancement en 1974, les Études sur le XVIIIe siècle n’avaient pas encore consacré un volume complet de leur prestigieuse collection à l’œuvre, à la vie et aux idées de Jean-Jacques Rousseau. Par cette publication, elles rendent enfin au Citoyen le plus subtil des hommages : celui qui dénonce l’autocélébration aveuglée de ses lecteurs, pour revenir, en toute simplicité et sans fastes, à lui seul.

Keywords

History

Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712)

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800415628 Year: Pages: 296 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-15 11:21:16
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

In October 1696, the procession from Turin led Marie-Adélaïde de Savoie to Versailles. The marriage contract which now binds her to the Duke of Burgundy, grandson of Louis XIV, will seal, a few months later, the fate of Europe by the peace of Ryswick. From the birth of his daughter, guided by lucid cynicism, Victor Amadeus II had destined her to become a French princess. He succeeds very well. From the outset, the monarch was seduced by the extraversion, the naturalness and simplicity of the child; he found it "at will". Having become duchess of Burgundy, the young woman nevertheless upsets the etiquette of the court of France, confided in the devotions. She quickly becomes the darling of Versailles. Her temper tempers the morose religiosity of her husband; her cheerfulness galvanises around her musicians, composers, choreographers and men of letters. His enthusiasm and his casualness encourage to multiply the balls, the plays, the theatrical performances, the lotteries of chinoiseries ... The taste of the duchess is eclectic. She dances ballet-masquerade, is seduced by the magical fairy tale, touches the harpsichord with a certain talent, applauds the Italian Theater and interprets the sacred tragedies offered by Madame de Maintenon. The last years of the reign of Louis XIV were thus reborn, under the influence of expensive entertainment honored by the king, all a literary, musical, but also architectural patronage, around the work of development of the Menagerie, whose enjoyment is offered to The Duchess. The court emerges from its torpor during this pivotal time that connects the extinct splendors of the court of the Sun King with the excesses of the Regency, then of Louis XV. By illuminating his formative years, studying the patronage of the Duchess of Burgundy within the court system and a policy of distinction marked by the pregnance of several political clans, by questioning the efflorescence of funeral orations of where pierced the disappointed hopes and the collective imagination of the nation, the present volume intends to fill the gaps of contemporary historiography long remained silent on the brief destiny of Marie-Adélaïde of Savoy and the climate of the court of Versailles between 1696 and 1712.&#xD;

Keywords

History

Gestion et entretien des bâtiments royaux dans les Pays-Bas autrichiens (1715-1794)

Author:
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800412757 Year: Pages: 240 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:16
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis la gouvernance de Marie de Hongrie, les Gouverneurs généraux chargés de l’administration de nos provinces avaient pour habitude de s’installer à Bruxelles. Pour leur confort et celui de l’importante Cour qui les entourait, le Souverain avait mis à leur disposition l’ensemble de ses biens immobiliers en Brabant. Ces châteaux, maisons, parcs, viviers et autres étaient entretenus à grands frais par une institution spécialement mise en place dans ce but : le Bureau des ouvrages de la Cour. Méconnu jusqu’à présent, cet organisme constituait toutefois une pièce maîtresse dans l’organisation de la vie quotidienne de la Cour de Bruxelles. Les compétences de cette institution ainsi que le personnel qui la composait ont été étudiés à partir des instructions et règlements édictés pour ce département. Ces directives ont ensuite été confrontées aux activités quotidiennes du Bureau pour déterminer dans quelle mesure elles étaient appliquées et/ou adaptées. Enfin, les difficultés éprouvées par ce département dans la gestion de ses affaires ont également été analysées. Grâce à cette étude, un portrait relativement complet du Bureau des ouvrages de la Cour a donc pu être dressé, permettant ainsi de le situer parmi les autres institutions centrales du gouvernement autrichien.

Keywords

History

Les Pays-Bas espagnols et les États du Saint Empire (1559-1579)

Author:
ISBN: 9782800413037 Year: Pages: 288 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:17
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La diplomatie remplit une mission déterminante de légitimation au service du pouvoir : voilà une déclaration qui ferait sourire plus d’un de nos contemporains... L’histoire de la diplomatie entre les Pays-Bas et les États du Saint Empire témoigne de l’existence d’un discours idéologique adapté aux circonstances, principalement en temps de troubles. De volumineuses correspondances diplomatiques s’échangent au 16e siècle entre Madrid, Bruxelles et les princes territoriaux des Allemagnes, ce « triangle diplomatique » dont les fondements sont définis et les acteurs passés en revue. Les « lettres de courtoisie » visent à préserver les rapports de bon voisinage, de même que les échanges de nouvelles, d’une importance primordiale à cette époque de grande insécurité. Quant aux intercessions princières pour des sujets mécontents, autre exemple de la diplomatie au jour le jour, elles renvoient à des litiges commerciaux ou financiers susceptibles de nuire à l’entente mutuelle et d’entamer la prospérité générale.Les questions d’ordre militaire que soulève le recrutement de troupes de mercenaires sous les ordres de pensionnaires royaux figurent aussi parmi les grands leitmotiv des correspondances entre les Pays-Bas espagnols et le Saint Empire. Les interactions du Roi catholique Philippe II et de ses représentants à Bruxelles avec les princes allemands les plus influents, catholiques et protestants, sont étudiées devant la toile de fond de la confessionnalisation à l’échelle européenne. La Révolte des Pays-Bas a évidemment laissé de nombreuses traces dans les courriers diplomatiques, de la crise iconoclaste de l’été 1566 à l’échec des pourparlers de Cologne de 1579, en passant par l’exécution d’Egmont et de Hornes, les affrontements armés entre le duc d’Albe et Guillaume d’Orange ou la lutte contre les Gueux de mer. Dans ce contexte d’exception, la diplomatie sert encore davantage que dans ses formes quotidiennes les intérêts du pouvoir monarchique.

Keywords

History

La duchesse du Maine (1676-1753)

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413266 Year: Pages: 288 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:18
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

« Chamarrée », ainsi Saint-Simon qualifiait-il la personnalité complexe d’Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé (1676-1753), précieuse et pédante, frivole mais frondeuse. Sans doute cette excentricité – au sens premier du terme – s’explique-t-elle par un statut social bancal : petite-fille du Grand Condé, membre à part entière de la plus haute aristocratie, celle du sang, elle avait été mariée en 1692 au duc du Maine, l’aîné des bâtards nés du double adultère de la marquise de Montespan et de Louis XIV. Cependant, tout en rappelant à son époux l’infériorité de sa naissance, elle n’aura de cesse – et de plus en plus au fur et à mesure que la mort du roi se rapprochera inévitablement – de le soutenir : à la tête de la conjuration de Cellamare, elle tentera mème de faire enlever la Régence au duc d’Orléans au profit du duc du Maine. Le complot fut déjoué et la duchesse emprisonnée. Ces revers ne l’empêchèrent pas de reprendre ensuite, certes sur un mode assourdi, une vie mondaine et intellectuelle brillante : le président Hénault, Rose de Staal-Delaunay, Fontenelle, Houdar de La Motte ou la marquise du Deffand comptèrent alors parmi ses familiers. Sa célébrité demeure cependant attachée aux Grandes Nuits de Sceaux, divertissements aussi singuliers que dispendieux par laquelle elle avait su ranimer un temps les splendeurs éteintes de la cour du Roi Soleil. Mêlant poésies galantes, théâtre de société, bals, ballets ou cantates, ranimant le flambeau de la tragédie grecque tout en faisant éclore le genre de l’opéra-comique, les Divertissements de Sceaux témoignent de l’éclectisme de la duchesse et de ses principaux mentors : l’abbé Genest et Malézieu. La réputation de son esprit et plus encore la sûreté de son goût séduisirent les tenants des Anciens comme les plus résolus des Modernes, les célébrités confirmées – Chaulieu, Baron ou Fontenelle – autant que les débutants les plus prometteurs : Mouret, Bourgeois ou Colin de Blamont... C’est à Sceaux que Voltaire fit ses premiers pas dans le monde et c’est à l’intention de la duchesse qu’il écrivit les premiers de ces contes qui devaient les immortaliser tous deux.

Keywords

History

L'émergence des beaux-arts en Belgique

Author:
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413358 Year: Pages: 352 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:18
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Le monde artistique, en perpétuelle évolution, pose sans cesse de nouveaux défis, encore nombreux en ce début de XXIe siècle : statut des artistes, protection du patrimoine, développement des musées, accès et formation du public, évolution de l'enseignement et essor des expositions. Ces défis incitent à chercher de nouvelles formules en vue de trouver la meilleure adéquation entre les composantes du monde artistique et notre société. La perspective historique devrait pouvoir éclairer cette quête constante. Christophe Loir analyse une des étapes majeures de cette évolution : l'émergence et l'encouragement des beaux-arts en Belgique, au tournant des temps modernes et de l'époque contemporaine. Durant cette période fascinante, on assiste à une reconfiguration profonde du monde artistique, touchant à la fois le cadre institutionnel, le statut de l'artiste, le rapport aux œuvres d'art et les pratiques du public ; soit les institutions, les hommes et les œuvres. Ce sont les grandes composantes du monde artistique actuel qui se mettent en place : développement des académies, naissance des musées et des salons, apparition de l'artiste et des beaux-arts, formation du public, prise de conscience du patrimoine et intervention des pouvoirs publics. L'auteur étudie donc l'évolution et l'apport de quatre régimes politiques successifs : l'innovation à la fin du régime autrichien (1773-1794), l'expansion sous le régime français (1794-1814), l'administration sous le régime hollandais (1814-1830) et la consécration au cours des premières années qui suivent l'indépendance de la Belgique (1830-1835).

Keywords

History

Bruxellois à Vienne, Viennois à Bruxelles

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413464 Year: Pages: 220 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:18
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Au XVIIIe siècle, quelques jours, parfois une dizaine à la mauvaise saison, étaient nécessaires pour accomplir le trajet entre Bruxelles et Vienne, lequel passait le plus souvent par Cologne, Francfort, Nuremberg, Ratisbonne, Passau et Linz. On peut penser que, ne quittant à aucun moment les terres d'Empire à l'occasion de ce périple, et en un temps où le cosmopolitisme des élites était une réalité, renforcée encore par l'usage commun de la langue française, les voyageurs n'avaient que peu d'occasions de ressentir un véritable dépaysement. Ce serait sans compter, cependant, avec le caractère très particulier des Pays-Bas au sein de l'ensemble habsbourgeois. Farouchement attachés à leurs privilèges, tant locaux que principautaires, ces derniers avaient laissé, en effet, au très lucide prince de Kaunitz, qui y séjourna longuement au cours des années 1730 et 1740, une impression peu favorable quant à leur aptitude à accepter la politique de centralisation qu'il allait pourtant bientôt se charger de mettre en oeuvre, depuis Vienne, au côté des souverains. C'est donc dans le contexte d'une permanente tension entre les velléités centralisatrices viennoises et le particularisme « belgique » que de nombreux serviteurs de « la Monarchie » furent amenés à se déplacer d'une capitale à l'autre tout au long des huit décennies du régime autrichien. On peut s'étonner, d'ailleurs, de ce qu'avant le très autocrate et très inquisiteur Joseph II, aucun souverain viennois n'ait jugé utile de séjourner dans cette « plus belle province de la Monarchie », pourtant régulièrement vantée par Marie-Thérèse. À proximité de Paris tout comme des îles britanniques, autre centre important des Lumières, Bruxelles était à même d'offrir à Vienne – capitale est-européenne quelque peu excentrée et pas encore promue alors à ce rang de métropole culturelle qu'elle occupera brillamment lors des décennies suivantes – un contact avec toutes les nouveautés provenant notamment de la galaxie parisienne. On le devine, danseurs, comédiens et musiciens circulaient alors sans frein entre les deux capitales, tout comme les goûts et les modes. Mais les idées paraissent, quant à elles, avoir eu un peu plus de difficultés à franchir les frontières.

Keywords

History

Voltaire et Rousseau dans le théâtre de la Révolution française (1789-1799)

Authors: ---
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413570 Year: Pages: 240 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: Performing Arts
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:18
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Profitant des derniers travaux d’érudition et d’articles récents sur le théâtre de la Révolution, et à partir de nouvelles recherches, l’auteur procède à une mise au point qualitative et quantitative des représentations des œuvres théâtrales de Voltaire et de Rousseau, reprises à Paris pendant la Révolution (1789-1799). Elle étudie ensuite les pièces, qui, durant cette période, et notamment lors du transfert des restes de Voltaire et de Rousseau au Panthéon, mirent sur la scène ces deux philosophes en tant que personnages de théâtre. Enfin, elle relève entre autres l’influence de leurs œuvres sur l’inspiration des auteurs dramatiques de ce temps. Trois pièces, reproduites en fin de volume, illustrent cette étude : deux sur Voltaire et une sur Rousseau.

Keywords

History

Les théâtres de société au XVIIIe siècle

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413648 Year: Pages: 296 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: Performing Arts
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:19
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Aspect essentiel de « la vie théâtrale au XVIIIe siècle », le théâtre de société constitue un objet d'étude privilégié pour les historiens des mentalités, du théâtre, de la littérature, de la musique, de l'architecture et des arts du spectacle en général. Les textes ici rassemblés, dans cette perspective interdisciplinaire, privilégient un ordre chronologique qui part de la cour de Sceaux pour arriver à la période révolutionnaire, dont on doit se demander si elle sonne la fin de ces manifestations considérées comme caractéristiques de l'Ancien Régime. Trois grands axes de réflexion se dessinent au sein de ce cadre : les lieux et les répertoires qui ont pour objet de situer précisément cette activité parmi d'autres ; les rapports de ces corpus avec la société du triple point de vue esthétique, moral et politique ; les échos que le théâtre de société a laissés dans les écrits du temps. L'étude de sources jusque-là inexplorées permet d’en savoir plus sur la genèse des pièces et des spectacles, de montrer comment, pourquoi, à quel moment de leur vie ou de leur carrière littéraire des auteurs amateurs ou professionnels, comme Marivaux, Voltaire ou Beaumarchais, se sont tournés vers les scènes privées, et quelles y sont les conditions de représentation : bâtiments, des plus simples aux plus luxueux ; composition des troupes, mêlant souvent professionnels et amateurs, qu'il s'agisse des comédiens ou des musiciens, dont le rôle essentiel et parfois novateur est ici souligné. La diversité des théâtres étudiés met en lumière l’importance de la province, tant dans les villes que dans les résidences de campagne. À Paris, l'activité théâtrale publique se trouve même démultipliée par celle des scènes privées. Si le théâtre de société se caractérise par la notion d'espace privé, qui le définit pour l’essentiel et le distingue des scènes privilégiées, officielles et non, il joue également un rôle de théâtre expérimental pour certaines pièces. Il permet en effet à certains auteurs de fourbir leurs premières armes à l'ombre d'un commanditaire s'apparentant plus ou moins à un mécène, dans un cadre où la notion de « société » ou de « spectateurs » se substitue à celle de « public ». Là, il imite, détourne ou invente de nouveaux genres, susceptibles de s'épanouir sur les scènes publiques, en France et, plus largement, dans une Europe tournée vers le modèle français. Lieu de transfert culturel, donc, des textes, des auteurs, des acteurs et des esthétiques, le théâtre de société du XVIIIe siècle est bien aux origines du théâtre amateur qui se développe aux siècles suivants.

Keywords

History

Le XVIIIe, un siècle de décadence ?

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413839 Year: Pages: 224 Language: French|English
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:19
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Sans doute peu de lecteurs du XXIe siècle répondraient-ils positivement à la question posée en tête de ce volume. Et le fait même de la formuler pourra paraître incongru à certains. Ce serait ignorer, cependant, qu’en plein siècle des Lumières, de nombreuses voix se sont élevées afin de mettre en doute les progrès dont on se targuait généralement dans les différents domaines de la connaissance, des arts, ou de la littérature. Et ces voix n’émanaient pas que des anti-Philosophes, loin de là ! Dans le camp philosophique lui-même, en effet, les plus grands auteurs – Rousseau, bien sûr, mais aussi Voltaire ou Montesquieu, par exemple – n’ont pas manqué de comparer défavorablement leur propre époque aux précédentes, jugées plus fastes, plus sages, ou comme ayant fait preuve d’un goût plus sûr. L’Antiquité, cela va sans dire, se taille la part du lion dans ces flatteuses appréciations, mais aussi, notamment, un XVIIe siècle que l’éclat du Roi-Soleil nimbe encore d’un énorme prestige. Tour à tour, tous les domaines de la vie sociale sont passés au crible par les censeurs des turpitudes du siècle : décadence des mœurs et de l’art de gouverner, laxisme des couvents, recul de la musique religieuse « inspirée » devant un art désormais voué au seul plaisir, vogue dangereuse du « trop facile » roman, utopies aventureuses menaçant l’ordre social, etc. Face à ce constat plutôt inquiétant, nombreux sont les auteurs qui finissent par se résigner à imputer aux "lois de l’histoire", ou même parfois à celles de l’évolution de l’espèce humaine, cette "décadence" somme toute inévitable puisqu’elle se trouve en germe dans tous les apogées. On se convainc par conséquent, en lisant ce volume, que derrière le masque optimiste des Lumières et le rêve qu’elles portent d’un avenir meilleur, les hommes du dix-huitième siècle pressentaient avec acuité, mais non sans trouble, l’approche d’une impasse sociétale qui allait bientôt conduire aux bouleversements que l’on sait. Entre nostalgie d’un passé déjà révolu et anticipations audacieuses d’un futur encore espéré, la tension était manifestement devenue trop forte. À l’appel du Groupe d’étude du XVIIIe siècle de l’Université libre de Bruxelles, une quinzaine de chercheurs belges, français et italiens se sont penchés sur ce thème, sans doute trop peu étudié jusqu’à présent.

Keywords

History

Listing 1 - 10 of 40 << page
of 4
>>
Sort by