Search results: Found 2

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Bruxellois à Vienne, Viennois à Bruxelles

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800413464 Year: Pages: 220 Language: French
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:18
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Au XVIIIe siècle, quelques jours, parfois une dizaine à la mauvaise saison, étaient nécessaires pour accomplir le trajet entre Bruxelles et Vienne, lequel passait le plus souvent par Cologne, Francfort, Nuremberg, Ratisbonne, Passau et Linz. On peut penser que, ne quittant à aucun moment les terres d'Empire à l'occasion de ce périple, et en un temps où le cosmopolitisme des élites était une réalité, renforcée encore par l'usage commun de la langue française, les voyageurs n'avaient que peu d'occasions de ressentir un véritable dépaysement. Ce serait sans compter, cependant, avec le caractère très particulier des Pays-Bas au sein de l'ensemble habsbourgeois. Farouchement attachés à leurs privilèges, tant locaux que principautaires, ces derniers avaient laissé, en effet, au très lucide prince de Kaunitz, qui y séjourna longuement au cours des années 1730 et 1740, une impression peu favorable quant à leur aptitude à accepter la politique de centralisation qu'il allait pourtant bientôt se charger de mettre en oeuvre, depuis Vienne, au côté des souverains. C'est donc dans le contexte d'une permanente tension entre les velléités centralisatrices viennoises et le particularisme « belgique » que de nombreux serviteurs de « la Monarchie » furent amenés à se déplacer d'une capitale à l'autre tout au long des huit décennies du régime autrichien. On peut s'étonner, d'ailleurs, de ce qu'avant le très autocrate et très inquisiteur Joseph II, aucun souverain viennois n'ait jugé utile de séjourner dans cette « plus belle province de la Monarchie », pourtant régulièrement vantée par Marie-Thérèse. À proximité de Paris tout comme des îles britanniques, autre centre important des Lumières, Bruxelles était à même d'offrir à Vienne – capitale est-européenne quelque peu excentrée et pas encore promue alors à ce rang de métropole culturelle qu'elle occupera brillamment lors des décennies suivantes – un contact avec toutes les nouveautés provenant notamment de la galaxie parisienne. On le devine, danseurs, comédiens et musiciens circulaient alors sans frein entre les deux capitales, tout comme les goûts et les modes. Mais les idées paraissent, quant à elles, avoir eu un peu plus de difficultés à franchir les frontières.

Keywords

History

Formes et figures du goût chinois dans les anciens Pays-Bas

Authors: --- --- --- --- et al.
Book Series: Études sur le XVIIIe siècle ISBN: 9782800414515 Year: Pages: 248 Language: French|English
Publisher: Éditions de l'Université de Bruxelles
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-10-19 11:21:20
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L’histoire de la chinoiserie est celle d’une ambition économique qui chercha à donner une nouvelle extension, maritime, aux anciennes routes de la soie afin de capter au profit des nombreuses Compagnies des Indes orientales, créées à cet effet, une partie des parts de marché qu’impliquait ce commerce avec l’Extrême-Orient. Ainsi envahirent l’Europe une foule de « produits de la Chine » – porcelaines, textiles, laques, objets de luxe – dont la possession a le plus souvent été un marqueur de distinction sociale. Le développement de la chinoiserie et du goût chinois au XVIIIe siècle est un phénomène européen, qui s’inscrit dans la dynamique même instaurée par la Pensée des Lumières, où l’on détecte un courant utopique fondé à la fois sur l’idée de la reconstitution d’un Éden perdu, et sur celle d’une communauté politique et sociale restaurée. Sur le plan stylistique, l’influence de la Chine s’est trouvée en phase avec les grandes tendances du goût régnant entre 1720-1770, dominé par la confusion des figures et de l’ornement ; les effets de surface dus à la découverte de matières nouvelles comme la porcelaine et la laque ; et l’imbrication des formes. Il est clair que l’appropriation du goût chinois en Europe s’est exprimée à travers une démarche dont il convient d’apprécier le caractère subversif, puisque l’art rocaille apparaît incontestablement comme une tentative de mettre entre parenthèses certains des principes de la représentation classique. Le déni du système perspectif, le refus d’utilisation du système proportionnel des ordres, l’expérimentation systématique de l’asymétrie, de fréquentes propositions pour des compositions non centrées, comme la légitimité reconnue à des variations non proportionnelles d’échelle sont autant d’éléments qui participent à la proposition d’un système de composition alternatif au système classique. Devant l’impossibilité évidente de proposer ici un aperçu complet de cette histoire d’influences, d’appropriations et de réinterprétations, les éditeurs ont choisi de privilégier certains pans de cette histoire, moins récemment investigués ou laissés parfois en friche. Ils ont pris l’option de centrer ce volume sur deux axes particuliers : privilégier, d’une part, l’étude des vecteurs de transmission de cette séduction ainsi que l’appréciation de la manière dont ces agents ont contribué à « colorer » les éléments transmis ; et attirer, d’autre part, l’attention sur l’intérêt et la qualité, souvent mésestimés, des « chinoiseries » réalisées dans nos régions au XVIIIe siècle.Des questionnements fondamentaux sont ici esquissés : sur le degré d’extension du concept (par rapport, notamment, à l’expression littéraire) ; sur le degré d’adéquation de ses formes et de ses expressions par rapport à la réalité chinoise ; sur la place occupée par la chinoiserie dans le discours et la culture globale des Lumières, sur les agents de la diffusion – en particulier les missionnaires – et les modalités de celle-ci. Dans les Pays-Bas méridionaux (1715-1792), la chinoiserie et le goût chinois ont beaucoup contribué à créer, dans les habitudes de vie et l’environnement familier des classes aristocratiques, une sociabilité élégante et distinguée. En ce sens, l’architecture pavillonnaire des jardins anglo-chinois - à Kew comme à Potsdam ou à Drottningholm par exemple, ou, dans les Pays-Bas méridionaux, à Enghien, Belœil ou Boekenberg -, matérialise des lieux de plaisance, voire de « libertinage » – au sens intellectuel – liés à de nouvelles formes de sensibilité, et même à de nouvelles formes de pensée, axées sur la discontinuité, la diversité et l’esthétique du fragment. Mais, surtout, au-delà, dans un pays d’étendue réduite, de tradition intellectuelle relativement conformiste, elle a incontestablement constitué un élément d’ouverture vers le mouvement des Lumières, et elle a sans aucun doute contribué à forger la prescience d’une certaine forme de cosmopolitisme et d’appréciation de l’altérité.

Keywords

History

Listing 1 - 2 of 2
Sort by
Narrow your search

Publisher

Éditions de l'Université de Bruxelles (2)


License

CC by-nc-nd (2)


Language

french (2)

english (1)


Year
From To Submit

2009 (1)

2005 (1)