Search results: Found 3

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
Auteurs du livre affiliés à l'Agessa : dégradation des perspectives de revenus au fil des générations

Author:
ISBN: 9782111399419 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Arts in general --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis la fin des années 1970 et la création du régime social spécifique pour les auteurs de l’écrit, 11 800 auteurs ont été affiliés au moins une fois à l’Agessa, l’organisme de gestion qui leur est dédié. En 2013, ils sont 5 300 à être affiliés, soit 3,4 fois plus que trente ans plus tôt, un accroissement qui s’inscrit dans le mouvement général d’expansion des professions culturelles. Au sein des auteurs de l’écrit, on compte 47 % d’écrivains, 31 % d’illustrateurs et 22 % de traducteurs en 2013. Ce sont ces deux dernières catégories d’auteurs qui ont particulièrement augmenté depuis la fin des années 1990. Les femmes sont de plus en plus présentes et représentent désormais la moitié des auteurs. Depuis une quinzaine d’années, on entre dans le statut professionnel d’auteur de plus en plus tard et l’âge médian de première affiliation recule : il est de 39 ans en 2013 contre 34 ans en 1980. Pour autant, les durées d’affiliation s’allongent et passent de neuf ans pour la génération d’auteurs affiliés entre 1985 et 1989, à douze ans pour celle affiliée entre 1995 et 1999. La population des auteurs de l’écrit tend à vieillir sur trente ans, un phénomène qui touche toutes les catégories d’auteurs : plus de la moitié des auteurs affiliés ont plus de 45 ans en 2013, alors que les 18-29 ans forment 4% seulement de l’ensemble de cette population. Si le revenu d’auteur progresse au fil des années d’affiliation, pour atteindre en médiane 25 000 euros (avant impôts) après quinze ans d’affiliation, on observe que les perspectives de revenus se dégradent pour les auteurs affiliés depuis les années 2000. À durée d’affiliation égale, les générations plus jeunes d’auteurs déclarent des niveaux de revenus inférieurs à ceux de leurs aînés au même moment de leur carrière. En conséquence, les jeunes auteurs sont de plus en plus nombreux à ne pouvoir vivre que de la création et à cumuler différentes sources de revenus. Ces résultats pointent la nécessité d’une attention accrue pour la jeune création, afin de veiller au renouvellement de cette profession dans le contexte d’une dynamique économique défavorable.

Écrivains, photographes, compositeurs… les artistes auteurs affiliés à l’AGESSA en 2005

Authors: ---
ISBN: 9782111398290 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Business and Management --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:50
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Les résultats présentés dans cette note concernent les artistes auteurs affiliés en 2005 à l’AGESSA, organisme chargé de la gestion du régime de sécurité sociale spécifique des auteurs. Il s’agit d’une photographie statistique portant sur l’année 2005 mais intégrant quelques données en évolution depuis 1993. Elle inaugure une démarche nouvelle de suivi statistique des métiers d’auteur souhaitée conjointement par le Département des études, de la prospective et des statistiques et la Délégation aux arts plastiques, dans le but de mieux connaître les professionnels de ces métiers et les grandes caractéristiques de leur activité (effectifs, profils sociodémographiques, montant des droits d’auteur…).

Revenus d’activité et niveaux de vie des professionnels de la culture

Author:
ISBN: 9782111398245 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Business and Management
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En France, 2,2 % des actifs exercent une profession culturelle. Au sein des professions culturelles, ils exercent des métiers très divers (artisans d’art, professeurs d’art, artistes et techniciens des spectacles, architectes ou cadres de l’édition, etc.) dont ils tirent des revenus dont la nature et les montants varient fortement d’une profession à l’autre (salaires, revenus d’indépendants, mais aussi revenus de remplacement tels que indemnités de chômage ou même, pour certains actifs, pensions de retraite). L’exploitation de plusieurs éditions de l’enquête Revenus fiscaux et sociaux de l’Insee permet de connaître les revenus annuels moyens tirés de l’activité ainsi que les revenus de complément. Si les salaires annuels moyens perçus par les professionnels de la culture sont globalement équivalents à ceux de l’ensemble des actifs, les revenus de remplacement constituent en revanche une part importante de leurs ressources d’activité. Au total, les actifs des professions culturelles ont perçu en moyenne 26 000 euros de revenus annuels d’activité entre 2005 et 2012. C’est 6 % de plus que la moyenne de l’ensemble des actifs. Toutefois, les caractéristiques sociodémographiques et les conditions d’emploi (qualification, temps de travail, etc.) des professionnels de la culture sont très différentes de celles des autres actifs. À caractéristiques identiques, les professionnels de la culture perçoivent en fait des revenus d’activité inférieurs de 26 % à ceux des autres actifs. La composition du ménage, l’histoire familiale, les revenus d’activités d’autres personnes du ménage, le plus souvent le conjoint, viennent compléter le revenu d’activité. Avec 30 200 euros par an, les revenus d’activité des autres membres du ménage sont plus élevés (+ 16 %) pour les professionnels de la culture que pour les autres actifs. Les ménages des professionnels de la culture déclarent par ailleurs des revenus d’origine sociale, financière ou foncière supérieurs de 13 %, en moyenne, à ceux de l’ensemble des actifs (6 800 euros par an). Rapporté à toutes les personnes composant le ménage, l’ensemble de ces revenus définit le niveau de vie. Entre 2005 et 2012, le niveau de vie annuel moyen des professionnels de la culture s’établit ainsi à 28 300 euros, supérieur de 11 % à celui des autres actifs ; mais là encore, à caractéristiques comparables il est inférieur de 12 % à celui d’un actif exerçant une autre profession. Au sein des professions culturelles, l’écart de revenus d’activité entre hommes et femmes est de 19 % en faveur des hommes, de 29 % dans l’ensemble des actifs en emploi. La prise en compte des revenus complémentaires du ménage, et notamment les revenus du conjoint, conduit à gommer l’écart de revenus d’activité entre les femmes et les hommes : le niveau de vie des femmes actives, qu’elles exercent une profession culturelle ou non, est très proche de celui des hommes.

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
Narrow your search