Search results: Found 3

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
La lente féminisation des professions culturelles

Authors: --- ---
ISBN: 9782111399327 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Arts in general --- Business and Management
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Depuis les années 1960, la croissance du taux d’activité féminine est l’une des transformations majeures du monde du travail, et les professions culturelles n’y font pas exception : la part des femmes au sein de ces professions est ainsi passée de 39 % à 43 % de 1991 à 2013. Presque tous les métiers fortement masculins au début des années 1990 comme les métiers d’art, les architectes et les photographes, par exemple, se sont ouverts aux femmes. Pour autant, la part des femmes demeure inférieure à la moyenne nationale, où l’activité féminine atteint 48 % de l’ensemble des professions, un constat qui peut surprendre au regard de la surreprésentation des femmes en termes de participation culturelle. En se développant, l’emploi féminin a largement épousé les spécificités de l’emploi propres aux professions culturelles, notamment leur plus grande flexibilité : les professionnelles de la culture sont, plus souvent que l’ensemble des actives, non salariées ou salariées sur contrats à durée limitée. Elles travaillent plus souvent à temps partiel, avec des horaires variables et atypiques, en soirée et le week-end. Surtout, leur accès aux professions artistiques et culturelles conforte la règle de la surqualification des femmes en termes de niveau de diplôme : en 2013, plus d’une active de ces professions sur deux est titulaire d’un diplôme égal ou supérieur à bac + 3, contre 40 % de leurs homologues masculins – une surqualification d’autant plus forte qu’il s’agit de métiers traditionnellement exercés par des hommes.

Tendances de l’emploi dans le spectacle

Authors: ---
ISBN: 9782111398160 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Business and Management --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

En vingt ans, le nombre d’artistes et de techniciens de l’audiovisuel et du spectacle vivant a doublé. Portée par le développement de l’emploi salarié intermittent, cette croissance des effectifs s’est inscrite dans un marché du travail extrêmement dynamique en termes de créations d’entreprises (tout particulièrement dans le spectacle vivant) et de volume de travail offert. Pour autant, la croissance des effectifs professionnels s’est effectuée à un rythme plus soutenu que celui de l’offre d’emploi, instaurant une dégradation des situations individuelles mesurée par la baisse de près d’un quart du volume annuel de travail et des rémunérations au cours des années 1990. Après quelques années de stabilisation, la reprise de la croissance des effectifs renoue, depuis 2008, avec cette tendance de longue durée au resserrement de l’activité et des revenus. Artistes et techniciens intermittents ne sont pas touchés de la même façon par ces évolutions. En 2009, un artiste intermittent déclare en moyenne 44 jours de travail annuel pour une rémunération brute de 9 200 euros, et un technicien intermittent déclare 82 jours de travail annuel pour une rémunération moyenne de 16 600 euros. Les artistes enregistrent donc des durées annuelles moyennes de travail et des volumes de rémunération très inférieurs à ceux des personnels techniques ; la part des indemnités chômage est aussi, de ce fait, beaucoup plus importante dans leur revenu global. En vingt ans, la flexibilité de l’emploi s’est fortement accrue : les durées de travail se sont fractionnées en un nombre plus important de contrats de travail de courte durée. Là encore, les situations des artistes et des techniciens sont différentes : en 2009, un artiste déclare en moyenne 15 contrats de travail dans l’année contre 7 en 1990, pour une durée moyenne de 3 jours en 2009, contre 10 jours vingt ans plus tôt. Un technicien du spectacle, de son côté, déclare en moyenne 14 contrats de travail dans l’année contre 6 en 1990, pour une durée moyenne de 6 jours en 2009, contre 14 jours vingt ans plus tôt.

L’emploi salarié dans le secteur de la culture

Authors: ---
ISBN: 9782111398429 Language: French
Publisher: Département des études, de la prospective et des statistiques
Subject: Business and Management --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-12 11:49:49
License:

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Le salariat représente les deux tiers de l’emploi dans le champ des activités culturelles. Il se caractérise globalement, au-delà des différences propres à chaque domaine particulier d’activités, par une très grande hétérogénéité des volumes individuels de travail et de revenu, par un recours fréquent des salariés à d’autres activités extérieures au champ culturel et, surtout, par une instabilité de l’emploi que révèlent simultanément l’importance du CDD et du temps partiel, mais aussi l’ampleur de la rotation (turn-over) des individus d’une année sur l’autre.

Listing 1 - 3 of 3
Sort by
Narrow your search