Search results: Found 4

Listing 1 - 4 of 4
Sort by
Wilfrid Baumgartner : Un grand commis des finances à la croisée des pouvoirs (1902-1978)

Author:
ISBN: 9782821828223 DOI: 10.4000/books.igpde.1013 Language: French
Publisher: Institut de la gestion publique et du développement économique
Subject: Business and Management --- History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La trajectoire de Wilfrid Baumgartner tout au long du XXe siècle a été celle d'un financier, au double sens que le mot a hérité de l'Ancien Régime : technicien des choses de l'argent et serviteur de la chose publique. Inspecteur des Finances, directeur du Trésor, gouverneur de la Banque de France, ministre des Finances, président de Rhône-Poulenc, le cas Baumgartner éclaire pour la première fois à cette échelle biographique la figure du grand commis à la française, de la crise de la Ille République aux années sombres de Vichy, de l'instabilité politique de la IVE' République aux ruptures du régime gaulliste. Cette étonnante continuité de l'homme est aussi celle de l'État en France dans la période. Elle est analysée ici à travers les profondes mutations qu'a connues, des années 1920 aux années 1970, le système financier français (monnaie, Trésor, banques et crédit), tant du point de vue des modalités changeantes du financement de l'activité économique que de celui de la place et du rôle de la France dans le système monétaire international, notamment dans le contexte de la construction européenne. Une hypothèse à visée globale sous-tend cette traversée de l'histoire de la France contemporaine : celle de l'institution par étapes, flux et reflux, d'une économie d'endettement en France, clef d'un certain modèle économique (et social) qui aura marqué en profondeur le siècle passé. « Un homme d'État... Non ! Un homme de l'État. Cette formule de l'auteur, bien venue, situe tout à la fois la personnalité de Baumgartner et son aura, avec les questions originales qu'elles nous posent » Jean-Noël Jeanneney.

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I) : Dictionnaire biographique 1790-1814

Author:
ISBN: 9782821828254 DOI: 10.4000/books.igpde.850 Language: French
Publisher: Institut de la gestion publique et du développement économique
Subject: History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce dictionnaire rassemble, en quarante-cinq notices réparties en trois volumes, les biographies très documentées des ministres des Finances, de la Révolution française jusqu'à la fin du Second Empire. Illustrées pour la plupart d'un portrait, enrichies par le dépouillement d'archives jusqu'alors inexploitées, telles que les archives notariales, elles détaillent les précisions recueillies sur la famille de chaque ministre, sur son éducation, sur sa fortune familiale et enfin sur sa carrière et son rôle dans la gestion des finances. Toute l'histoire financière de la France à cette époque est évoquée à travers les parcours de ces ministres. Dans ce premier volume qui couvre la période allant de la retraite de Necker (1790) à la fin de l'Empire (1814), l'auteur expose comment les ministres durent d'abord gérer l'œuvre de destruction révolutionnaire (démantèlement du Contrôle général des finances, amenuisement du pouvoir ministériel, abolition de la fiscalité indirecte, séparation des Finances et du Trésor) et la mise en place de nouvelles structures, inefficaces et inadaptées aux besoins de la guerre (fiscalité fondée principalement sur une contribution foncière insuffisante, gestion locale confiée à des élus, recours à l'inflation des assignats). Puis, sous le Consulat et l'Empire, le trio des grandes figures, Gaudin, Barbé-Marbois et Mollien, organisa le bon fonctionnement des institutions financières « ordinaires » (rétablissement de la fiscalité indirecte et d'une administration fiscale de fonctionnaires hiérarchisés, confection du cadastre), les finances « extraordinaires » de la guerre étant mises à la charge des pays conquis, vaincus ou alliés. Le budget ordinaire de la France, évalué à 500 millions environ au début de la Révolution, monta à près de 800 millions à la fin de l'Empire : cette efficace machine financière fut agencée par un haut personnel, issu des bureaux de l'Ancien Régime, attaché à ses méthodes et ses usages, résolument accroché aux places et indifférent aux changements de régimes politiques.

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II) : Dictionnaire biographique 1814-1848

Author:
ISBN: 9782821828261 DOI: 10.4000/books.igpde.882 Language: French
Publisher: Institut de la gestion publique et du développement économique
Subject: History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce dictionnaire rassemble, en quarante-cinq notices réparties en trois volumes, les biographies très documentées des ministres des Finances, de la Révolution française jusqu’à la fin du Second Empire. Illustrées pour la plupart d’un portrait, enrichies par le dépouillement d’archives jusqu’alors inexploitées, telles que les archives notariales, elles détaillent les précisions recueillies sur la famille de chaque ministre, sur son éducation, sur sa fortune familiale et enfin sur sa carrière et son rôle dans la gestion des finances. Toute l’histoire financière de la France à cette époque est évoquée à travers les parcours de ces ministres. Dans ce second volume qui couvre la période allant de la Restauration (1814) à la fin de la monarchie de Juillet (1848), l’auteur souligne notamment l’importance de l’action déployée par les cinq figures ministérielles éminentes que furent Louis, Corvetto, Villèle, Humann et Lacave-Laplagne. Ils fixèrent pour l’essentiel les grands traits de l’organisation financière de la France contemporaine : réunion des Finances et du Trésor dans un seul ministère, mise au point de la procédure parlementaire du vote du budget annuel et du contrôle de l’exécution des exercices passés, développement du principe de la spécialité budgétaire, régularisation du mouvement général des fonds en relation avec la Banque de France et l’utilisation de bons du Trésor, réglementation de la comptabilité publique… Seule survivance archaïque : le recours à l’emprunt en perpétuel, ce qui posa le problème de la diversification du taux des emprunts, de la conversion des rentes et de l’amortissement de la dette. Le budget annuel, de 900 millions en 1816, s’éleva à près d’un milliard et demi en 1848, la politique des grands travaux, en particulier la construction des chemins de fer, ayant creusé un déficit croissant à partir de 1840, ce qui compromit la solidité du régime.

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (III) : Dictionnaire biographique 1848-1870

Authors: --- ---
ISBN: 9782821828278 DOI: 10.4000/books.igpde.1230 Language: French
Publisher: Institut de la gestion publique et du développement économique
Subject: Business and Management --- History
Added to DOAB on : 2020-09-09 12:19:30
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce dictionnaire rassemble, en quarante-cinq notices réparties en trois volumes, les biographies très documentées des ministres des Finances, de la Révolution française jusqu'à la fin du Second Empire. Illustrées pour la plupart d'un portrait, enrichies par le dépouillement d'archives jusqu'alors inexploitées, telles que les archives notariales, elles détaillent les précisions recueillies sur la famille de chaque ministre, sur son éducation, sur sa fortune familiale et enfin sur sa carrière et son rôle dans la gestion des finances. Toute l'histoire financière de la France à cette époque est évoquée à travers les parcours de ces ministres. Dans ce troisième volume, Guy Antonetti, Fabien Cardoni et Matthieu de Oliveira reviennent sur la période allant de 1848, avec la crise financière et l'avènement de la Deuxième République, à la chute du Second Empire en 1870. Marquée par le passage aux Finances de ministres d'importance tels que Goudchaux et Garnier Pagès, Fould, Bineau et Magne, cette période se révèle riche en réformes dont quelques-unes sont révolutionnaires et sans lendemain, tandis que d'autres se révèlent plus durables. C'est ainsi que sont adoptés sous la Deuxième République le timbre-poste et le principe d'un prélèvement sur les revenus du patrimoine, tandis que le premier projet d'impôt sur le revenu progressif est proposé, discuté et finalement rejeté. C'est au début du Second Empire que la conversion de la rente, si longtemps débattue, est mise en œuvre et que la souscription publique des emprunts d'État devient la règle. C'est encore sous l'Empire que les Finances assurent leur prééminence sur les autres ministères en transformant la comptabilité générale en comptabilité publique et que les payeurs fusionnent dans les départements avec les receveurs généraux. Parallèlement, l'État resserre les liens qu'il entretient avec la Banque de France, désormais assurée du monopole d'émission des billets de banque, la Caisse des dépôts et consignations, chargée de la gestion des retraites et le Crédit foncier de France, créé en 1852 pour soutenir l'activité agricole et surtout pour financer les transformations urbaines d'une France qui, une fois passée la « dernière crise de l'Ancien Régime » (E. Labrousse), renoue avec la pleine croissance. Enfin, le dernier tome de ce dictionnaire présente un début de prosopographie des ministres des Finances de 1790 à 1870.

Listing 1 - 4 of 4
Sort by