Search results: Found 23

Listing 1 - 10 of 23 << page
of 3
>>
Sort by
L’opération généalogique : Cultures et pratiques européennes, XVe-XVIIIe siècle

Author:
ISBN: 9782753559844 DOI: 10.4000/books.pur.49859 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:47
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La place de la généalogie chez les historiens depuis longtemps est celle d'un instrument de recherche, rénové par les travaux d'anthropologie et justifié par le progrès de l'histoire sociale des familles. En revanche, on a accordé une attention plus restreinte à la culture généalogique des anciennes sociétés européennes. Depuis vingt ans, on constate dans l'historiographie européenne un regain d'intérêt très sensible à la fois pour l'émergence de la généalogie comme discours savant, mais aussi pour les formes textuelles ou imagées qui sont les vecteurs de son efficacité – et c'est ce retour vers l'objet généalogique, examiné pour lui-même, que l'on cherche ici à étudier. La culture des clercs et les modèles chrétiens de la parenté ont fortement imprégné la pensée généalogique du Moyen Âge et des siècles qui suivent, en témoigne par exemple l'histoire d'une représentation comme celle de l'arbre. En se plaçant entre le XVe et le XVIIIe siècle, on peut cerner ce qu'a été la fabrique des ancêtres dans le registre de l'écrit, de l'image et de l'imprimé. Trois grandes séries d'initiatives sont à prendre en compte : celles des princes et des institutions souveraines, celles des différentes formations nobiliaires européennes et enfin celles des hommes de l'art, savants réputés ou praticiens anonymes. Les dix contributions rassemblées dans ce livre ont choisi de donner un échantillon de la diversité des cultures généalogiques anglaises, allemandes, espagnoles, italiennes et françaises. Pour cela, on s'est attaché à des manières de faire et à des manières de penser, en étudiant à la fois des modèles de représentations des ascendances, des modalités de la preuve, des genres spécifiques ou des styles d'investigation. Au-delà des transformations qui affectent le travail d'un monde de lettrés, de savants et d'érudits, la question centrale reste la crédibilité des ascendances et des enjeux qu'elle représente pour les groupes, les familles et les individus engagés dans ces recherches généalogiques.

Jeunesse(s) et élites : Des rapports paradoxaux en Europe de l'Ancien Régime à nos jours

Authors: ---
ISBN: 9782753566750 DOI: 10.4000/books.pur.99083 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:48
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Si les jeunesses et les élites sont des sujets séparément bien étudiés, rares ont été les tentatives de confrontation de ces deux notions polysémiques. Vingt-trois historiens et chercheurs français et européens se sont employés à l’exercice. Des rives de la Hanse aux cours espagnoles, des ambassades romaines à Manchester, ce livre nous donne à connaître des destins aussi différents que ceux des gardes de la marine, des jeunes nobles sous la Révolution, des étudiants parisiens de la Belle-Époque, ou des jeunesses en régime totalitaire. Il s’emploie à reconstituer parcours individuels et destins collectifs, revisitant ainsi la notion de « génération », les phénomènes de rénovation des élites par la jeunesse ou encore les enjeux de la formation ; il aborde aussi le discours des élites sur la jeunesse, à travers la mise en œuvre de sources aussi variées que les correspondances, les mémoires, les affiches politiques ou les œuvres cinématographiques, offrant ainsi des mises au point méthodologiques précieuses. Les deux tables rondes qui clôturent l’ensemble permettent d’esquisser des perspectives de comparaison à l’échelle européenne ainsi qu’un bilan historiographique et des pistes de recherche encore non explorées.

L'automobile

Author:
ISBN: 9782868473042 9782753525047 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Added to DOAB on : 2017-03-22 17:18:59
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Comment le clergé a-t-il perçu le développement de l'automobile ? Qu'en ont pensé les membres du Touring Club en début de siècle ? L'automobile a-t-elle renouvelé ou exalté l'individualité bretonne ? D'où vient qu'elle ait été construite en France sous le signe de la « différence » ? Comment est né le « sens unique » ? En quoi l'automobile a-t-elle modifié la notion « d'espace public » ? Réunis à l'initiative du groupe de recherche « Innovation et culture technique », créé par le Centre de Re...

Du monde et des hommes

Author:
ISBN: 9782853995238 9782821885608 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires de Provence
Added to DOAB on : 2017-11-21 16:19:30
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Les onze articles de Jacques Paul rassemblés dans ce volume, dont l'édition est offerte à l'auteur par le Centre de Recherche SICMA (Sociétés, Idéologies, Croyances au Moyen Âge) de l'Université de Provence, témoignent d'un univers intellectuel dans lequel le lecteur est invité à s'engager, comme le voyageur sur une route nouvelle. Chacun d'eux constitue une approche phénoménologique d'une partie du vécu des hommes du Moyen Âge et de leur perception du monde, fondée sur la critique d'œuvres l...

L’archéologie cognitive

Author:
ISBN: 9782735119042 DOI: 10.4000/books.editionsmsh.14476 Language: French
Publisher: Éditions de la Maison des sciences de l’homme
Subject: Science (General) --- Social Sciences
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:29
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L'archéologie cognitive, née dans le monde anglo-saxon, a d'abord fait l'objet de maintes proclamations et développements théoriques, ce qui explique peut-être son faible impact sur la recherche française. Si elle n'a pas encore réussi à se constituer en discipline incontestable, c'est sans doute qu'elle se présente aujourd'hui beaucoup plus comme une série de questions qui se posent à la croisée-des disciplines que comme une branche particulière de l'archéologie. Principalement constituée de deux ensembles autonomes : le premier autour de la préhistoire, le second autour de l'utilisation des méthodes statistiques, de l'informatique et des technologies de la communication, elle semble handicapée par une sous-estimation des durées dans lesquelles s'inscrivent les phénomènes étudiés et par un optimisme excessif quant aux questions que l'archéologie peut résoudre, et paraît aujourd'hui moins prometteuse. L'originalité du présent ouvrage consiste à dépasser ce bilan et à ouvrir de nouvelles perspectives. Étudier, non plus seulement l'évolution cognitive des hommes de la préhistoire en général, mais également les mentalités de sociétés précises, plus récentes, en reprenant le « long détour des faits » et en réintroduisant le déroulement du temps historique, telle est la voie que nous souhaitons proposer.

Entre mémoire collective et histoire officielle : L'histoire du temps présent en Amérique latine

Authors: ---
ISBN: 9782753566729 DOI: 10.4000/books.pur.100931 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Cet ouvrage explore les différentes approches menées en histoire du temps présent latino-américain par des historiens, des sociologues, des anthropologues d'Europe et d'Amérique latine. Si la violence des années de guerre froide a marqué en profondeur cette partie du continent, le XIXe siècle des indépendances et de la formation républicaine comme le passé colonial ne sont pas pour autant absents. Bien au contraire, ces moments anciens demeurent intensément constitutifs du passé/présent qui travaille ces sociétés. En effet, le processus d'ouverture et de renouvellement politique qui s'affirme aujourd'hui en Amérique latine favorise conjointement un mouvement de démocratisation de la relation au passé et dans l'écriture de l'histoire. Les mémoires indiennes, l'enquête orale, la transmission du souvenir par le théâtre alternatif participent de ces nombreuses voies qui expérimentent la démocratisation de l'histoire. Entre mémoire collective et histoire officielle analyse ainsi la relation que ces sociétés construisent aujourd'hui avec un passé/présent inscrit dans la longue durée, où cohabitent les héros plus que les victimes, où comme on l'observe par ailleurs dans l'Espagne contemporaine la mémoire individuelle et collective est davantage perçue comme un droit et non comme un devoir, dans la perspective de pouvoir vivre ensemble.

Mémoire et histoire en Europe centrale et orientale

Authors: --- ---
ISBN: 9782753567733 DOI: 10.4000/books.pur.104567 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

La question de la mémoire, devenue un champ de recherche fécond dans l'historiographie française, allemande et anglo-saxonne, est en passe de devenir l'objet d'études importantes en Europe centrale et orientale. Lieu d'affrontement de forces impériales et locales, durablement confronté à la nécessité de reconstruire et repositionner des identités aussi bien individuelles que collectives, l'espace centre et est-européen se présente comme un champ privilégié de questionnements sur les modalités de la constitution d'une culture historique et mémorielle. La mémoire constitue de fait un défi majeur posé aujourd'hui à la fois à la recherche historique, mais plus généralement aussi aux sociétés d'Europe centrale et orientale. Cette question est rendue plus aigüe encore par le contexte actuel de transition postcommuniste, d'intégration européenne et de globalisation, qui posent la question de la révision de la mémoire historique, de sa (re)construction et de la subversion de modèles identitaires. À travers des chapitres thématiques, les auteurs de cet ouvrage collectif abordent la question de l'instrumentalisation de l'histoire et de la mémoire par le pouvoir politique, la construction de lieux de mémoire et leurs représentations et usages, la mémoire dans la construction des identités nationales, mais aussi municipales, régionales et transnationales. Le patrimoine, au niveau local ou régional, fait l'objet d'analyses qui mettent en relief le fonctionnement de ses mises en scène, sans en éluder les omissions. Ces thèmes ont été abordés à partir de différentes perspectives disciplinaires : études germaniques, histoire politique et culturelle, histoire de l'art, slavistique, littérature, sociologie et ethnologie. Placés dans des unités thématiques, les articles proposent une progression chronologique, de l'époque médiévale à la période postcommuniste, en passant par la Seconde Guerre mondiale et les guerres dans l'espace yougoslave des années 1990, à travers des études de cas pris dans l'ensemble de l'espace centre et est-européen. La Croatie, dont la mémoire fait tout particulièrement l'objet d'analyses, fait figure ici de paradigme privilégié, à partir duquel s'offrent des perspectives comparatives.

Comment sortir de la guerre ? : Deuil, mémoire et traumatisme (1870-1940)

Author:
ISBN: 9782753568198 DOI: 10.4000/books.pur.110280 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:45
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Comment une société sort-elle de la guerre ? L’étude des mouvements commémoratifs mis en place après chaque conflit donne une idée des représentations des contemporains sur la guerre, du lien existant entre travail de deuil et travail de la mémoire. L’attitude des populations de la Marne et de la Sarthe est ici comparée, leur situation par rapport au combat (champ de bataille ; arrière) s’inversant en 1870-1871 et 1914-1918. À travers les formes commémoratives les plus diverses, les rites, les discours, de la sphère privée au corps civique, leur sortie de guerre s’effectue à des rythmes différents. L’investissement mémoriel varie dans le temps et dans l’espace. À quoi servent ces commémorations ? Elles jouent un rôle essentiel dans une économie de la violence qu’elles contribuent à canaliser après les combats. Elles entretiennent aussi la possibilité d’user de violence en vue de défendre la nation. Si l’expression du traumatisme se réduit au fil du temps, il n’est pas certain que le discours officiel ait facilité le travail de deuil. La mort des soldats s’inscrit en effet dans deux modes d’explication successifs : l’un guerrier issu de la défaite de 1870, l’autre pacifiste né de l’horreur des tranchées. La contradiction entre ces deux structures culturelles s’accuse après l’hécatombe de 1914-1918. Lors de la montée des périls dans les années 1930, cette opposition double le travail de deuil d’un clivage douloureux. Là se trouve peut-être une explication de la passivité des Français face à l’éventualité d’une nouvelle guerre.

La rumeur au Moyen Âge : Du mépris à la manipulation, Ve-XVe siècle

Authors: ---
ISBN: 9782753567849 DOI: 10.4000/books.pur.119604 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Fausses nouvelles de la mort du roi, révélations de complots contre la chrétienté, dénonciations des mœurs légères des reines et princesses, accusations de crimes sexuels contre des ecclésiastiques, multiplications de miracles autour de tombes, portraits flatteurs ou infamants de grands et de petits que rien ne vérifie en dehors d’affirmations transmises à l’oral comme à l’écrit, entre voisins, amis, courtisans, guerriers et hommes d’Église : la rumeur est omniprésente au Moyen Âge. Elle n’épargne aucun pan de la société, aucun groupe humain et elle est de tous les temps entre le Ve et le XVe siècle. Elle s’inscrit dans les sources textuelles de toute sorte, qui lui répondent, la confortent, la relaient ou simplement la disent avec des mots bien spécifiques. Pourtant, les médiévistes ont souvent considéré qu’ils ne pouvaient saisir dans la documentation plus que le souvenir de la rumeur. Sujet à la mode, la rumeur médiévale a principalement été étudiée, jusqu’ici, dans le cadre des rapports entretenus entre le peuple et les autorités à la fin du Moyen Âge. Envisagée sur le fond des grandes crises (guerres, révoltes), associée au défaut d’information et à la sédition, jugée caractéristique et révélatrice de l’opinion des gens de peu en rupture momentanée avec les gouvernants, la rumeur a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour tenter de renouveler et de compléter cette approche historique, que les auteurs du présent ouvrage ont croisé les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée d’une rumeur qui n’est, au Moyen Âge, caractéristique d’aucun groupe social, économique, politique ou d’opinion spécifique. Le mépris affiché par les élites à son égard, lorsqu’elle émane des petits et de leurs ennemis, ne suffit pas à faire oublier que la rumeur est avant tout un moyen de fédérer.

De Socrate à Tintin : Anges gardiens et démons familiers de l'Antiquité à nos jours

Authors: --- ---
ISBN: 9782753568174 DOI: 10.4000/books.pur.121389 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L’idée selon laquelle l’être humain est accompagné, durant sa vie et parfois jusque dans l’au-delà, par deux entités, l’une bénéfique, l’autre maléfique, traverse l’histoire, de l’Antiquité à nos jours. Quelles ont été la place et le rôle des anges gardiens et des démons familiers dans les cultures et les religions ? Dans quelle mesure ces notions se sont-elles construites l’une par rapport à l’autre ? Quelle est la nature des liens qui se sont tissés entre les individus et leurs interlocuteurs, angéliques, démoniques ou démoniaques ? Quelles relations entretiennent ces entités entre elles ? Telles sont les questions auxquelles ce recueil d’études s’efforce de répondre, en traitant le sujet dans la longue durée, en variant les approches et les sources, en étendant le regard de l’Orient musulman à l’Occident médiéval et moderne, du monde hellénistique aux productions culturelles contemporaines. Au cours de ce voyage dans le temps et l’espace, le lecteur rencontrera une grande diversité de figures de l’invisible, aux fonctions multiples, débordant bien souvent les normes définies par les autorités religieuses. Gardiens et compagnons, agents d’une révélation, assistants du magicien, porteurs d’une sagesse ou d’un pouvoir divinatoire, pôles spirituels ou génies inspirateurs, les anges, daimōnes, démons et djinns ont tissé une gamme de relations très étendue avec l’être humain, des plus élevées au moins avouables. Mais que l’on ne s’y trompe pas : par-delà les aspects pittoresques de ces relations, le présent ouvrage contribue à renouveler de manière originale l’histoire de la construction des notions d’individu et de conscience de soi. Les différentes conceptions relatives à ces êtres invisibles tendent à faire de l’homme un champ de forces en mouvement, un être ouvert sur des états supérieurs de la réalité, qui visent à structurer son esprit et son rapport au monde.

Listing 1 - 10 of 23 << page
of 3
>>
Sort by