Search results: Found 9

Listing 1 - 9 of 9
Sort by
Arriver en ville : Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge

Authors: --- ---
ISBN: 9791035101572 DOI: 10.4000/books.psorbonne.26615 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:42
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Le présent volume rassemble les actes du colloque « “Arriver” en ville : les migrants en milieu urbain au Moyen Âge. Installation, intégration, mise à l'écart », qui s'est tenu à l'École normale supérieure de Lyon les 24 et 25 février 2011. Cette rencontre visait à interroger la place jouée par les migrations à destination des villes dans la construction du groupe social urbain et dans sa façon de vivre et de s'approprier la ville et, en retour, comment celle-ci les transforme. Si, quantitativement, l'importance de cette mobilité urbano-centrée est en général avérée dans les phases de croissance urbaine, comment celle-ci s'inscrit-elle dans les trajectoires personnelles, dans les parcours individuels des hommes et des femmes qui franchissent, au Moyen Âge, les portes d'une ville ? C'est seulement, semble-t-il, à cette échelle d'analyse que l'on devrait être capable de distinguer, au-delà des contraintes politiques ou institutionnelles déjà évoquées, les « stratégies » d'implantation en ville et d'accès à la ville de ces nouveaux arrivants et leur insertion dans un nouvel environnement social. Cette réflexion collective souligne combien l'étude des migrations s'avère être un jalon important pour une histoire comparée des villes.

La fabrique de la ville : Espace et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle)

Author:
ISBN: 9791035101848 DOI: 10.4000/books.psorbonne.33546 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:42
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Cette étude se propose d’aborder l’espace urbain comme une construction impensée de l’activité humaine. Les pratiques et les représentations des acteurs qui s’impliquent dans la ville de Tours (les chanoines de Saint-Martin, les moines de Saint-Julien et de Marmoutier, les rois, les archevêques, les comtes...) sont examinées tout d’abord pour elles-mêmes, comme une série de moments particuliers, liés à chaque fois à des finalités spécifiques et très diverses - et en général non urbaines. Puis, elles sont mises en relation avec les caractéristiques de l’espace urbain, c’est-à-dire le parcellaire et le réseau viaire précisément décrits grâce à un système d’information géographique, en montrant qu’elles participent à structurer cet espace urbain de manière dialectique, et non causale ou immédiate. Les temporalités propres à l’activité sociale, qui ne sont pas les mêmes que celles de la structuration de l’espace urbain, interagissent néanmoins en permanence avec celles de la ville. C’est ce jeu de décalage entre des temporalités aux rythmes différents qui permet d’expliquer la morphogenèse de la ville.

La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècle) : Essai d'histoire sociale

Author:
ISBN: 9791035101558 DOI: 10.4000/books.psorbonne.28324 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:42
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Faire le portrait scriptural de Montpellier durant les 150 ans qui s'étendent de la fin de la seigneurie des Guilhem au passage de la ville sous le contrôle du roi de France, en 1349, tel est le projet de ce livre. Montpellier connaît alors un régime politique consulaire qui confère aux élites urbaines un pouvoir gouvernemental étendu. Le cas singulier de cette grande ville méditerranéenne, dont les archives médiévales ont été remarquablement conservées, permet d'éclairer avec précision la dynamique historique d'essor de l'écrit pratique en Occident et les nouveaux mécanismes de domination et de transaction sociales qui l'accompagnent. L'ouvrage explore ainsi les rapports complexes qui unissent l'histoire de la culture de l'écrit aux formes sociales et politiques d'affirmation des communautés. Il tâche de restituer la spécificité d'un long xiiie siècle dans l'histoire de l'Occident qui, loin d'être un simple prodrome à la construction de l'État moderne, laisse entrevoir des trajectoires que le cours de l'histoire a reléguées au rang d'occasions manquées. Dans l'analyse des évolutions inscrites dans l'ordre scriptural et documentaire de la ville, ressurgissent des questions qui sont au cœur de la tradition des sciences sociales depuis plus d'un siècle : d'une part, celle de l'essor de la rationalité et de ses rapports avec la bureaucratie. D'autre part, celle des innovations qu'introduit la diffusion de l'écrit dans l'organisation des sociétés.

Terres urbaines : Places, jardins et terres incultes dans la ville au Moyen Âge

Author:
ISBN: 9782753566538 DOI: 10.4000/books.pur.120960 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Après l’examen de l’eau et du feu à la fin du Moyen Âge (parus aux PUR), ce troisième volet est consacré à la terre, dans les limites de la ville, de ses faubourgs et à son arrière-pays économique et administratif. De larges espaces, libres de toute construction, s’opposent à la vision que chacun peut avoir d’un tissu urbain densément bâti à l’intérieur et aux abords d’une enceinte. Toute localité comporte des places, des terrains « vuydes ou ruyneuls », des clos de vigne, des champs cultivés, des prés, des carrières, des « rives » ou zones portuaires et quantité d’autres secteurs laissés à l’abandon. Une ville ne se conçoit pas sans des faubourgs semi-ruraux, sans cultures et sans des zones inhabitées nécessaires à l’existence des communautés d’habitants (marécages, grèves, palus, terrains d’élevage ou forêts). Les espaces libres qui peuvent dépasser les 30 à 40 % de la superficie urbaine, confèrent à beaucoup de villes du royaume de France et de ses grands fiefs aux XIVe et XVe siècles, un aspect rural très marqué. Ces espaces de passage sont également nécessaires à la défense, à la vie administrative dans le cadre d’une banlieue, à l’économie dans un hinterland, l’équivalent du contado des villes italiennes. Enfin, ces surfaces non aedificandi, ces lieux de rassemblement et de déplacement, sont indispensables à la vie sociale, permettent aux citadins de s’assembler, de tenir des réunions, de multiplier les activités ludiques et religieuses, les manifestations sportives comme la soule, les tournois et le jeu de paume. L’accueil des personnalités en visite, les fêtes, le charivari contribuent à donner aux lecteurs une vision bien différente de celle à laquelle nous ont habitués dans les travaux sur l’urbanisme. Cette synthèse sur un sujet peu connu repose sur l’examen d’archives multiformes, chroniques, œuvres littéraires, textes normatifs (édits, ordonnances, bans), comptabilités seigneuriales et municipales et est complétée par apports de l’archéologie, de la toponymie, de l’onomastique.

Vivre dans les villes bretonnes au Moyen Âge

Author:
ISBN: 9782753566613 DOI: 10.4000/books.pur.122463 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:46
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Ce livre reprend, en partie seulement, une thèse de doctorat d’État sur une trentaine de villes bretonnes du XVe siècle, sous la dynastie des Montforts, de Jean IV à la duchesse Anne. C’est une étude synthétique qui met l’accent sur une société composite, les institutions municipales, la vie économique, le quotidien, les joies, les dangers et les peurs que connaissent les quelques 80 000 citadins de toutes conditions, des nobles aux ecclésiastiques, des notables bourgeois aux artisans et aux gens mécaniques, des pauvres aux différentes catégories de marginaux. C’est aussi l’occasion de découvrir de belles figures de la bourgeoisie bretonne d’antan avec Julien Thierry, Pierre Landais, les Coëtanlem de Morlaix, les Thomas, les Pares, les Bourgneuf, les Dumesnil, les de Gennes mais aussi de faire revivre des truands, des prostituées, de simples domestiques, des enfants et des femmes. Le film d’une riche histoire, reconstituée dans ses moindres détails, à partir de narrations, d’enquêtes, d’archives fiscales et judiciaires, de textes de loi se déroule intra et extra-muros, dans les rues animées de chaque centre et des faubourgs, dans les églises, sous les halles, dans les guérites des remparts. Parmi les aspects développés et revus à partir d’ouvrages et d’articles récents figurent le déroulement des premiers conseils urbains présidés par le capitaine-gouverneur et le procureur des bourgeois, ancêtre du maire, et réunissant « la maire et principale partie des bourgeois », la préparation des états de finances ou budgets annuels gérés par les miseurs et les contrôleurs et alimentés par des impôts ou cloisons sur les vins, sur les marchandises, les activités dans les ateliers du lever au coucher du soleil, la structure interne des métiers. L’ouvrage s’achève par une peinture des villes en paix, avec les fêtes, les services religieux, les écoles, l’université de Nantes puis par le rappel du drame que constitue la guerre avec le royaume de France de 1487 à 1492 et ses conséquences pour les villes bretonnes.

Les Palais dans la ville : Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale

Authors: ---
ISBN: 9782729710866 DOI: 10.4000/books.pul.19255 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Lyon
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-04 12:20:44
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Distance et défiance, intégration ou intimidation : les rapports qu'entretiennent les palais, sièges de la puissance souveraine, au tissu urbain qui les environne disent toujours quelque chose de la relation politique du souverain à ses sujets. Mais si les palais médiévaux ont fait l'objet, ces dernières années, d'enquêtes attentives, leur insertion dans l'univers urbain a beaucoup moins retenu les historiens et, paradoxalement, l'enjeu qu'ils représentent désormais dans la politique du patrimoine et l'économie du tourisme ne contribue pas toujours à les rapprocher des citadins qui vivent quotidiennement près d'eux. Le cas du palais des Papes et de la ville d’Avignon, où se sont déroulées les rencontres scientifiques à l'origine à ce volume, est à cet égard emblématique. C’est une double lecture, archéologique et urbanistique d’une part, idéologique et politique de l’autre, que proposent les essais rassemblés dans ce livre. Aucun ne cherche à tout prix à analyser les monuments étudiés comme des « manifestations architecturales » de phénomènes politiques connus par ailleurs car le rapport qu’entretiennent les lieux de la puissance et les sociétés citadines peut, dans bien des cas, infléchir ou nuancer, redéfinir ou masquer le lien politique. Sans se contenter d’une simple lecture interprétative des configurations urbaines, chaque auteur cherche donc à éclairer l’articulation, au sol et dans l’espace, du palais à la ville aussi bien par l’analyse archéologique que par celle des textes, des traités théoriques ou des actes de la pratique qui expriment la souveraineté. Le comparatisme est toujours ici d'un puissant secours. L'espace géographique retenu est donc vaste puisqu'il comprend la France du Sud, l’Italie communale, seigneuriale et princière (notamment, bien entendu, l’Italie centrale pontificale), l’Espagne chrétienne et musulmane, le Maroc des villes impériales. De la confrontation de différentes configurations d’espaces et de pouvoirs dans les mondes chrétien et musulman, peut s'esquisser une première typologie des liens entre le palais et la ville médiévale, d'où ne sont pas absents les modèles qui circulent, d'une rive à l'autre de la Méditerranée.

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon : Xe-XVe siècles

Author:
ISBN: 9782354121969 DOI: 10.4000/books.pupvd.1798 Language: French
Publisher: Presses universitaires de Perpignan
Subject: Architecture
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:44
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

Au départ est la cellera. Ce noyau originel des villages n'est rien d'autre que l'espace sacré entourant l'église, de forme le plus souvent circulaire, de trente pas de rayon, incluant donc le cimetière et servant d'asile aux habitants des campagnes en période de violences. En ce sens, la cellera roussillonnaise semble s'identifier formellement à la sagrera de la Catalogne du Sud. De fait, l'origine est la même, mais l'évolution fut divergente : c'est ce qu'établit magistralement cet ouvrage et c'est ce qui fait en grande partie l'originalité des villages roussillonnais. Aymat Catafau devient, dès ce premier livre, un spécialiste incontesté de l'histoire du Roussillon. Mais au-delà, par l'exemple qu'il a développé, par les perspectives qu'il ouvre, il apporte une contribution d'importance à notre connaissance de la vie des campagnes médiévales. Aussi bien sait-on depuis longtemps qu'il n'est pas de hiatus entre histoire générale et histoire locale.L'une vit de l'autre». Pierre Bonnassie, professeur à l'Université de Toulouse-Le Mirail. « En mariant la dimension diachronique et thématique, Aymat Catafau restitue deux mouvements simultanés : la création d'un réseau villageois (par une sorte de sélection darwinienne) et la création d'un tissu villageois (par cernes de croissance autour de la cellera primitive). Paradigme du village ecclésial, thème de recherche majeur de cette dernière décennie, la cellera a bien trouvé son historien ». Benoît Cursente, directeur de recherches au CNRS. « Une étude très fine des documents relatifs aux celleres roussillonnaises, étayée par une exploration très minutieuse des plans anciens et des morphologies villageoises actuelles a permis de développer et d'étayer une thèse originale : les celleres ont joué un rôle essentiel entre l'église et le castrum dans la genèse du village roussillonnais. C'est une vision dynamique, neuve et séduisante du village roussillonnais au Moyen Âge ». Pierre Toubert, professeur au Collège de France.

Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles

Author:
ISBN: 9782868479921 9782753523012 Year: Language: French
Publisher: Presses universitaires de Rennes
Added to DOAB on : 2017-03-22 17:18:59
License: OpenEdition licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L'histoire de Florence et de la Toscane a été renouvelée en profondeur par la recherche historique depuis une trentaine d'années. Les contributions qui composent cet ouvrage en proposent une synthèse référencée, accessible à un large public. Le livre suit les dynamiques politiques qui ont façonné cet État placé au centre de la péninsule. De la formation lente et périlleuse de l'État de Florence à partir du XIVe siècle, jusqu'à son intégration dans l'Italie unifiée, il en détaille tous les mom...

Entre Vosges et Forêt-Noire : Pouvoir, terroir et villes de l’Oberrhein. 1250-1350

Author:
ISBN: 9791035102111 DOI: 10.4000/books.psorbonne.20905 Language: French
Publisher: Éditions de la Sorbonne
Subject: History
Added to DOAB on : 2019-12-06 13:15:41
License: OpenEdition Licence for Books

Loading...
Export citation

Choose an application

Abstract

L’histoire médiévale du Saint Empire romain germanique offre une séquence à la fois emblématique et singulière dans sa partie sud-ouest, entre Vosges et Forêt-Noire, l’Oberrhein : aucune unité politique pendant le siècle qui sépare la disparition des Staufen et la reconstruction impériale de Charles IV (entre 1250 et 1350 environ). Ce paysage politique émietté correspondait parfaitement à la géographie impériale. En revanche, l’Oberrhein montre une véritable cohérence dans son mode de vie, sa langue et sa dynamique économique. D’où vient cet étonnant paradoxe d’une entité de vie sans unité politique ? L’analyse des pouvoirs princiers, ecclésiastiques ou laïques tente d’expliquer dans un premier temps pourquoi il n’y eut pas de comte de l’Oberrhein. Puis, l’étude se porte sur les terroirs qui ont modelé une distribution et une occupation de l’espace, caractérisées par la densité et l’abondance. Le réseau des petites villes, enfin, évoluant d’alliances informelles en ligues, permet de comprendre l’originalité de cette région aux campagnes urbanisées et aux cités rurales. Cette séquence de l’histoire se termine par la réussite du regroupement territorial des Habsbourg, et le retour d’un pouvoir impérial qui va instrumentaliser en 1354 le réseau des villes en créant la Décapole.

Listing 1 - 9 of 9
Sort by